Des nouvelles du Conseil provincial

Le Conseil provincial du Hainaut s'est réuni ce mardi 27 mars et a abordé les thèmes suivants: la plateforme numérique Smartschool, le maintien de la banque Belfius dans le domaine public, le rejet du projet de loi relatif aux visites domicilaires et l'acquisition du hall omnisports situé sur le site de l'Athénée Jean d'Avesnes à Mons.

La plateforme Smartschool : quand le numérique simplifie la vie à l’école !

La plateforme numérique Smartschool développée de manière pilote à l’Ecole du Futur et à l’IESPP Mons, a suscité une question d’actualité du groupe Ecolo permettant à la Députée provinciale Annie Taulet, en charge de l’Enseignement du Hainaut, de mettre en exergue les atouts d’un outil moderne, novateur et facilitateur.

Smartschool ouvre la voie d’une pédagogie assistée par ordinateur. Elle familiarise les jeunes aux interfaces numériques, offre aux parents l’assurance d’une information complète et sécurisée sur la vie scolaire et assure un suivi personnalisé des apprentissages. Un formidable assistant 2.0, donc, qui, selon une enquête menée auprès des parents des élèves de l’Ecole du Futur, remporte d’ailleurs 96% de satisfaction, comme l’a souligné Annie Taulet.

 Combien ça coûte ?

Quelque 11€ par an sont demandés par élève, comme l’a signalé le Conseiller Marc Guilmin. « Un montant englobé dans la somme globale de 75€ sollicitée pour les photocopies, montant conforme à celui fixé par le décret «Missions », précise la Députée provinciale, qui ajoute que « les parents et les élèves non-inscrits à la plate-forme reçoivent évidemment encore toutes les informations liées à leur scolarité en format papier ».

 La Province, pionnière

« Dans son avis de mars 2017, le groupe central du Pacte d’Excellence préconise un véritable plan numérique, à l’instar de ce que l’Education nationale française a récemment mis en place. Je suis fière que l’Enseignement provincial soit précurseur en la matière, au travers de deux projets expérimentaux d’utilisation par l’ensemble de la communauté éducative d’une plate-forme numérique ! », conclura Annie Taulet.

 Maintenir Belfius dans le domaine public

La volonté du gouvernement fédéral de privatiser la banque Belfius suscite le débat au sein des pouvoirs locaux et a notamment provoqué la création d’une plateforme « Belfius est à nous ». Soutenue par plus de 30 organisations, ONG et syndicats elle entend impulser un débat public sur l’avenir de Belfius et démontrer l’intérêt d’une banque publique pour la population.

La Province de Hainaut est particulièrement concernée par cette évolution. En effet, elle a contribué en vain au refinancement de la banque Dexia avec une perte en capital de 21 millions d’€ et la perte récurrente de  dividendes. Elle continue encore à rembourser l’emprunt de la recapitalisation de Dexia.

La Province rappelle par ailleurs que Belfius est la plus importante pourvoyeuse de crédits au secteur public en Belgique, et se décrit elle-même comme le "bancassureur" disposant du meilleur ancrage local.

Dans ce contexte, le Conseil provincial, par le biais d’une motion soutenue par les groupes PS, Ecolo et cdH, demande au Gouvernement fédéral de :

·        Renoncer à toute privatisation même partielle, et de maintenir Belfius dans le domaine public.
·        Organiser un débat public sur le mandat de Belfius en tant que banque publique.
·        Garantir via Belfius des taux préférentiels aux pouvoirs locaux vu leur qualité d’émetteur de crédits.
·        Doter Belfius d'objectifs d'un avenir ambitieux favorisant l'accessibilité de tous les citoyens et de toutes les entreprises, petites, moyenne ou  grandes, à un service bancaire universel.
·        Assurer, via Belfius, le financement des collectivités locales, du secteur associatif, des acteurs de l'économie réelle et des objectifs en matière climatique et énergétique de la Belgique.

La Province, contre les visites domiciliaires

Comme bon nombre de Conseils communaux du Hainaut, une majorité PS-Ecolo-cdH au sein du Conseil provincial a invité le Parlement à rejeter le projet de loi autorisant les visites domiciliaires en vue d’arrêter une personne en séjour illégal. Le Conseil provincial a notamment considéré que la loi offre déjà aux forces de sécurité le loisir d’intervenir et de contrôler toute personne susceptible de nuire à l’ordre public.

Evoquant le fait que le domicile est inviolable et craignant que le projet de loi stigmatise les personnes en situation de séjour illégal par la suppression les droits de la défense les plus fondamentaux, la Province de Hainaut rejoint ainsi le large mouvement d’opposition aux visites domiciliaires.

La Province achète le hall omnisports Jean d'Avesnes à Mons

Le Conseil provincial a décidé d’acquérir le hall omnisports situé sur le site Jean d’Avesnes à Mons, propriété de la société publique des bâtiments scolaires. Cet achat estimé à 1,05 million d’€ permettra à la Province de redynamiser cet outil qui bénéficiera de travaux de remise en état pour un montant de 700 000 € en trois ans. Tout bénéfice pour l’Athénée provincial Jean d’Avesnes qui dispense à proximité immédiate  un sport-études (football, rugby) et une section éducation corporelle.

Cette acquisition est aussi, pour le Conseil provincial, une manière concrète et positive de renforcer l’offre d’infrastructures sportives en faveur de l’enseignement montois mais également des clubs en dehors des horaires scolaires.

Version imprimableVersion imprimable

Date de publication

Mercredi, 28 Mars, 2018 - 10:43