La Mémoire accessible à tous

Emmener des jeunes sur les principaux sites de Mémoire, que ce soit en Belgique, en France, en Allemagne, en Pologne, …, c’est la spécialité de la cellule Hainaut Mémoire. Pourtant, c’est un voyage un peu particulier qu’elle vient de concrétiser avec le Centre provincial d’enseignement spécial de Mons-Ghlin et un groupe d’adolescents sourds et malentendants, à destination de l’Autriche et de la Tchéquie. 

C’est l’aboutissement d’un projet de deux ans mené avec une quinzaine d’étudiants sourds et malentendants âgés de 13 à 20 ans. « Tout a commencé en 2016 lorsque nous avons visité l’exposition-animation consacrée à la Seconde Guerre mondiale proposée par Hainaut Mémoire, relate Mandy Sonntag, professeur d’histoire au CPESM de Ghlin. Nous avons alors rencontré les organisateurs et leur avons fait part de notre souhait de réaliser un voyage de Mémoire. Ils ont tout de suite été enthousiastes et nous ont proposé l’Autriche et la Tchéquie ». Durant la visite guidée de Terezin, en Tchéquie

Un travail de préparation a été effectué en classe avec les professeurs d’histoire. « Dans le même temps, nous avions répondu à un appel à projet de l’asbl CREE, un service de jeunesse spécialisé pour les personnes sourdes et malentendantes, qui nous a permis de préparer les élèves au vocabulaire relatif à cette période de l’Histoire ». 

Les élèves concernés sont revenus voir l’expo-animation de Hainaut Mémoire qui a lieu chaque année en janvier. « Là, nous avons eu la première visite guidée traduite simultanément en langue des signes, ce qui a demandé un petit effort d’adaptation aux guides, Michel et Claude, qui nous ont ensuite accompagnés pendant le voyage ».

Fin avril, le groupe était fin prêt pour le départ, tout d’abord vers l’Autriche où ils ont visité le terrible camp de Mauthausen, "l’un des camps d’anéantissement par le travail les plus meurtriers", décrit Michel Descamps, le coordinateur de Hainaut Mémoire, ainsi que le Château d’Hartheim, "l’un des six centres qui organisa l’action T4, l’euthanasie des personnes handicapées". Direction, ensuite, la République Tchèque où ils ont découvert la ville de Térezin, "qui prendra le nom de Theresienstadt et deviendra un camp de concentration, de transit et un ghetto, où les conditions de vie étaient atroces", puis le village martyre de Lidice, "totalement détruit par les nazis, en représailles de l’assassinat de Reinhard Heydrich".

Ces lieux de Mémoire, importants et difficiles à appréhender, ont été guidés par Michel, de Hainaut Mémoire, et Claude Clarembaux, de War Heritage Institute, partenaire de l’organisation. « Nous étions accompagnés de quatre interprètes qui se relayaient pour signer notre guidance, reprend Michel Descamps. Pour les aider à interpréter danPragues les meilleures conditions, nous avons ralenti notre débit de paroles et espacé nos commentaires ».   

Et cela a fonctionné puisque les étudiants ont aimé les visites et en ont retenu pas mal de choses : « le village martyre de Lidice » pour Olivia, « le peloton d’exécution à Terezin » pour Henika, « les conditions de vie des prisonniers, la prison, les tortures à Mauthausen » pour Anthony et Laura. « Leurs impressions ont changé en voyant les lieux, poursuit Mandy Sonntag. Plus que nous encore, ils ont besoin de voir les choses, leur ressenti est différent. ».

Un moment de détente dans la belle ville de Prague est venu ponctuer le séjour et apaiser les émotions. « Pour la plupart, ils n’étaient jamais partis à l’étranger ». 

Place à présent à la transmission, avec l’idée de réaliser un document accessible à d’autres personnes sourdes ou malentendantes. « C’est difficile de trouver ce type de contenu en langue des signes. Nous allons donc créer un outil qui servira pour les générations futures. En espérant qu’elles puissent aussi réaliser un beau voyage ».  

Infos : www.facebook.com/hainautmemoire

Centre provincial d’enseignement spécial de Mons : http://www.cpesm.be

Version imprimableVersion imprimable

Date de publication

Mercredi, 23 Mai, 2018 - 10:19