Le Hainaut réclame des Assises des pouvoirs locaux

Actualité oblige, le devenir de l’institution s’est invité lors de la  première séance du Conseil provincial depuis la déclaration de politique de la Wallonie annonçant un "réforme en profondeur" des provinces. L’occasion d’un nouvel appel à la concertation lancé par le Hainaut.

On le sait, en août dernier, le Gouvernement wallon a décidé unilatéralement de réduire de 5 % le fonds des Provinces. "Une décision prise sans dialogue aucun préalable", a déploré le président du Collège provincial, Serge Hustache, pour qui toute réduction de moyens devrait s’accompagner d’une réflexion sur les services rendus.

Une étude universitaire lancée par les Provinces

Avec la volonté de s’inscrire dans une réelle réforme des pouvoirs locaux, Serge Hustache a annoncé que les Provinces, au travers de l’Association des Provinces wallonnes, ont pris l’initiative de solliciter une étude universitaire sur l’impact que pourrait avoir leur disparition ou les transferts de leurs compétences. "Puisque rien ne vient du Gouvernement wallon, nous avons décidé d’aller de l’avant ! Ce travail donnera une vision claire des réalités du personnel employé et des services rendus".

Sur base des conclusions remises par les experts universitaires, la Province de Hainaut en appelle à ce que le Gouvernement wallon convoque des Assises des pouvoirs locaux.  "Il  se grandirait  en prenant le temps d’entendre les provinces, les territoires et les communes sur les questions de leurs synergies et de la supracommunalité. La gouvernance multiniveaux est une voie d’avenir, à condition qu’elle se construise de manière positive et respectueuse".

Les transferts de compétences : "une situation ubuesque" 

Ce chantier permettrait en tout cas une analyse rigoureuse des compétences exercées par chacun, ce qui fait cruellement défaut aujourd’hui. "Nous nous trouvons devant une situation ubuesque : le Gouvernement wallon nous retire des moyens mais envisage de confier aux Provinces la gestion de l’accueil des gens du voyage et la gestion des ruisseaux de 3e catégorie. C’est pour le moins incohérent… ". Dès lors, dans une logique de l’exercice des compétences par les niveaux de pouvoir les plus adaptés, le Collège provincial invite son administration à préparer un dossier proposant le transfert du financement des cultes (1,7 millions d’€) à la Région et les moyens y afférant.

Un coup de pouce à de grands projets

Dans un esprit positif,  les réformes internes se poursuivent en Hainaut. Un audit interne demandé par le Collège provincial permettra prochainement de supprimer 30 % des asbl provinciales de gestion. "Il faut mener ce travail sans porter atteinte à la masse salariale et à l’efficacité des services. Des progrès évidents seront faits en la matière pour plus de transparence et pour ne laisser aucune place au doute à l’heure où les structures publiques sont toujours sujettes à caution".

Dans le même temps, la Province s’implique plus que jamais dans les dynamiques de son territoire. Malgré la réduction du fonds des Provinces, elle maintiendra l’intégralité des ses actions en faveur des communes pour ne pas les pénaliser.

Elle poursuit d’ailleurs les  nombreux investissements préparés par son administration. Pour preuve, le conseil provincial a libéré des sommes importantes pour la mise en œuvre de projets d’envergure sur tous les territoires. Citons :

  •  l’adhésion de la Province dans le nouvel accord cadre portant sur la restauration de la Cathédrale Notre-Dame de Tournai (un budget global de près de 11 millions pour la poursuite de la restauration de l’édifice et plus particulièrement son chœur gothique, ses parties romanes et les vestignes archéologique – particpation provinciale de 4%) ;
  • Quelque 2,5 millions d’€ pour le projet d’une nouvelle salle de sport  à l’IPES Ath dont les travaux devraient débuter en janvier prochain ;
  • l’acquisition de terrain sur le site de l’école des métiers du cheval à Ghlin en vue d’y ouvrir de nouveaux locaux (140 000 €). Cet investissement est utile au déploiement de l’établissement dont les formations sont porteuses d’emploi puisque, comme l’a rappelé la députée provinciale Annie Taulet, "le taux d’insertion professionnelle des diplômés y avoisine les 90%" ;
  • 4,3 millions d’€ pour l’acquisition de deux plateaux au Negundo-E-campus de Tournai en vue du redéploiement de la Haute Ecole Condorcet ;
  • Près de 3,5 millions d’€ pour l’achat du Domaine de Parentville à Charleroi afin de rassembler divers services de l’action sociale en Hainaut .

Ajoutons encore d’importantes interventions provinciales dans le cadre du projet Naqia de prévention des inondations : la création d’une zone d’immersion sur le cours d’eau de l’Elwasmes (Colfontaine – 811 000 €) et surtout du dédoublement du Rieu de Barges depuis l’hôpital IMC jusqu’à son rejet dans l’Escaut avec un financement prévu de 2,2 millions d’euros. Ce projet, comme l’a indiqué le député provincial Gérald Moortgat, permettra de faire passer le débit de crue de 10m³/S à 20 m³/s pour ce cours d’eau qui avait connu d’importantes inondations en juin dernier, touchant notamment le site provincial des Tourelles.

"Une assemblée composée de bourgmestres  aurait-elle la capacité de réaliser les arbitrages nécessaires à la mise en place de tels projets ?", s’interroge Serge Hustache en référence à la gestion de ces investissements.

Version imprimableVersion imprimable

Date de publication

Jeudi, 28 Septembre, 2017 - 17:12