Les experts ont disséqué Gilly !

Au terme de la formation organisée conjointement par la Haute Ecole Provinciale de Hainaut - Condorcet et la HEH, en collaboration avec l’UMons, les étudiants du Master en Ingénierie et Action Sociales (MIAS) ont présenté les résultats de l’enquête de terrain qui a cadencé leur parcours académique.

Sept étudiants de dernière année du MIAS se sont penchés durant deux ans sur la Commune de Gilly en vue de donner des clés aux citoyens mais aussi aux mandataires politiques et carte graphiqueresponsables d‘institutions pour transformer les rapports sociaux dans une démarche de développement durable.

 « Chaque promotion travaille pendant 2 ans sur un territoire qui lui est assigné. On a déjà planché sur Quaregnon et les 1eres années se penchent actuellement sur le territoire de Mont-sur-Marchienne. Ici, les quatre maîtres assistants qui encadrent le master ont recherché un site intéressant et pertinent  et ils ont repéré Gilly. Il y a des commerces, un hôtel de ville, des écoles, une maison de jeunes, un RAVeL.  Mais  la question est de savoir si tout fonctionne correctement. » explique Laurence Carbone, maître-assistante au MIAS.

 Très impliqués, les étudiants ont élaboré un rapport développant trois grandes priorités. « Nous avons voulu mettre en avant  trois points  essentiels : valoriser le territoire (qui souffre d’une image négative) afin de recréer un sentiment positif, un respect du lieu de vie en programmant une planification urbaine et en valorisant le patrimoine ;  améliorer la cohésion sociale (une méfiance face à la différente culturelle  émaille le territoire) en favorisant l’interculturalité et en stimulant les dynamiques locales ; susciter une gouvernance intégrée en permettant en meilleur dialogue entre les pouvoirs publics et les citoyens et en accroissant l’engament citoyen" confie  Jessica Zourane, étudiante.

 Un travail de longue haleine

 L’attention des étudiants s’est portée sur les dimensions politiques, économiques, sociales, temporelles, culturelles et environnementales du territoire. « On a utilisé une méthodologie qui passe par l’exploration du territoire. On a d’abord consulté toute la documentation possible sur celui-ci puis nous avons rencontré des témoins privilégiés, des personnes qui pouvaient avoir un regard expert sur Gilly. Cela nous a permis, durant la première année, d’établir un rapport de pré-diagnostic descriptif et participatif. Ensuite, nous avons rencontré la population pour connaître son avis. Nous avons triangulé toutes ses sources d’informations et  les avons comparées dans une approche systémique. Sur base des tous ces enseignements a émergé une liste de 21 projets. Aujourd’hui, nous   rencontrons les acteurs du territoire pour leur expliquer les problématiques rencontrées et nos propositions de projets pour les concrétiser»  poursuit Kevin Lepage, étudiant  « Nous sommes dans la création mais aussi dans la remise en valeur de ce qui existe déjà. On veut aussi redorer l’image de Gilly. Notre philosophie : construire aujourd’hui du lien pour demain » ajoute Jessica.

 Pas une  lettre morte

 Et des idées, ils en ont telles que la création d’un espace multisports, la réhabilitation d’espaces de jeux pour enfants, la création d’une fête interculturelle, d’apéros gillyciens, d’une journée à vélo… « Les étudiants ont animé un site Facebook pour donner des nouvelles sur l’évolution de leur travail. Ils ont lancé les invitations et une centaine de personnes vient les écouter ». Un bon présage ! « En général, les acteurs de terrain ont la volonté d’appliquer  les recommandations. Ici, des projets vont pouvoir être mis en place et concrétisés.  Il y a des recommandations à différents niveaux : des citoyens  aux mandataires politiques » conclut Laurence Carbone.

 Infos 

Haute Ecole Provinciale de Hainaut - Condorcet
Centre de Recherche en Innovation Sociale
Rue de la Bruyère 151 à Marcinelle
071/60 93 30
www.condorcet.be

 

 

 

 

Version imprimableVersion imprimable

Date de publication

Mercredi, 28 Juin, 2017 - 19:59