Radicalisation : le Nursing de Mons brandit l'arme de la prévention

La Province de Hainaut, par l'intremédiaire de l’IESPP de Mons, fait front face au fléau de la radicalisation ! Depuis plusieurs années, des actions sont organisées au sein de cet établissement d'enseignement secondaire. France 5 Télévision suit, depuis plus d'un an, le programme de sensibilisation participatif mis en place par l’école. 

Dernière manifestation en date, la venue d’Hicham Abdel Gawad. Diplômé de l’ULB et de l’UCL, cet ancien prof de religion islamique a rencontré les élèves du Nursing à plusieurs reprises. Un moment séduit par le salafisme, il connaît mieux que quiconque l’envers du décor et cette radicalisation qu'il combat. Face à certaines idéologies dévastatrices, il prend position, pousse à la réflexion et suggère la déconstruction d’idées reçues. Les recruteurs pour le Jihad ne sont jamais loin contrairement aux idées reçues. Recontextualiser le Coran fait partie de son ADN.

Aucun tabou dans son approche. Développer l’esprit critique fait partie de ses atouts même s’il reconnaît que cela ne fonctionne pas toujours. Pas évident de répondre à des questions du genre : « Est-ce vrai que le Coran dit que l’on peut frapper sa femme ? ». Là aussi, l’homme reste prudent dans sa réponse, il favorise le contexte historique et local. La liberté de la femme est primordiale pour cet intellectuel. « Les élèves prennent parfois à la lettre ce qu’ils lisent, c’est mon rôle de les éclairer, de les ouvrir à la réflexion, de discuter avec eux sans barrière » .

« Organiser ce genre de rencontre est très important pour l’école, nous avons déjà reçu Laura Pasoni, une ancienne radicalisée qui témoigne aujourd’hui de son expérience. L'impact de ses interventions est impressionnant tellement sa vie a été marquée par cette triste période de sa vie. La radicalisation est plus proche que l’on pense, il est important de brandir l'arme de la prévention ! », indique Nadège Vandamme, enseignante et cheville ouvrière du projet. Même son de cloche du côté de Philippe Navez, enseignant qui accompagne l’aventure depuis plus d’un an : « Susciter le débat et mener des actions concrètes et réalistes sont autant d’atouts pour prévenir la radicalisation et toute forme de sectarisme ».

Lors du jeu de rôle instauré par Hicham, les élèves ont été capables de mimer toutes les techniques de manipulation des recruteurs, preuve qu'ils les ont intégrées et sont donc capables de les reconnaitre.

Version imprimableVersion imprimable

Date de publication

Jeudi, 19 Octobre, 2017 - 16:52