10 services provinciaux sur le pont pour la semaine de la Santé mentale

Retisser des liens sociaux est essentiel. En cette fin de semaine dédiée à la santé mentale en Wallonie et à Bruxelles, les 10 Services de santé mentale de la Province de Hainaut attirent l'attention sur une forme collective d'accompagnement thérapeutique qui sera lancée au SPSM de Courcelles. Les citoyens intéressés peuvent s'y inscrire.

tournesol pixabay

Les constats et préoccupations de cette équipe pluridisciplinaire l'ont amenée à lancer très prochainement le projet "Tournesol" pour re-tisser des liens sociaux, dans cette ère post-covid. Hélène Leclef, psychologue-responsable du service provincial de santé mentale de Courcelles, témoigne.

therapie_groupe_adobe-stock.jpeg


"Auparavant méconnue du grand public ou plutôt mal « jugée » par la plupart des citoyens, cette notion de "santé mentale" a été propulsée sur le devant de l’actualité ces 18 derniers mois, sans précédent dans nos sociétés modernes. Bonne ou mauvaise chose que cette subite « notoriété » ? Nul ne pourrait l’affirmer...Car si la souffrance psychique et le mal-être auront rythmé la vie de si nombreux citoyens depuis mars 2020, cette période inédite et malheureuse nous aura au moins appris que nous n’étions pas esseulés vis-à-vis de ces maux qui rongent de l’intérieur : de multiples services d’écoute, d’aide et d’accompagnement existent bel et bien en cas de besoins. Et comme on prend soin de sa santé physique, on doit aussi prendre soin de sa santé psychique".

 

Pour avoir une idée de l’ampleur du secteur, le Centre de Recherche en Santé mentale illustre cet état de fait grâce à une illustration pyramidale édifiante (https://www.cresam.be/pyramide/).
Non, nous ne sommes pas seuls - quel que soit notre âge - face à une anxiété lancinante, une sensation de solitude dans laquelle on se sent englué, une déprime tétanisante, une fatigue mentale chronique, des surcharges émotionnelles qui inondent le reste, des addictions et assuétudes qui pourrissent notre existence et celles de nos proches, des rapports aux autres ou à soi complexes et compliqués,… au point qu’on peut se sentir irrémédiablement seul et parfois totalement désespéré.


Des données chiffrées… ou pas
Ce genre d’états – les « troubles mentaux » selon l’une des formules usitées - est partagé par 1 Belge sur 10 selon les derniers chiffres de Sciensano, parus en… 2018, à l’occasion de leur dernière grande enquête de santé. Et bien que des chiffres plus récents commencent à circuler suite à la « période Covid » – comme le rapport de l’UNICEF sorti début octobre et mentionnant 16,3% de jeunes présentant des troubles de la santé mentale – gageons que la tendance sera malheureusement à la hausse, en attendant que des données actualisées soient disponibles. Car au-delà des chiffres, demeurent celles et ceux qui traversent ces situations difficiles et tragiques, qui peuvent être aidés en « sautant le pas », ainsi que les a priori trop longtemps véhiculés sur les notions de santé mentale.

Des services provinciaux localisés au plus proche des citoyens
Situation compréhensible que ces chiffres difficiles à établir, lorsque l’on connait la complexité de ces maux mais aussi des diagnostics et des interventions menés par exemple au sein des 65 services de santé mentale agréés en Wallonie. La Province de Hainaut propose quant à elle 10 services de ce type, localisés sur tout son territoire, afin d’aider les citoyens à « se sentir mieux ».
Basés à Ath, Binche, Charleroi, Colfontaine, Comines, Courcelles, Mons, Mouscron, Saint-Ghislain et Tournai, ces services ont la particularité d’être, chacun, composés d’un personnel pluridisciplinaire, ou en d’autres termes, de plusieurs « métiers » qui reçoivent en consultation, accompagnent et soignent les patients selon leurs besoins, parfois même en équipe.

 

Car, encore une fois ; comme la santé physique, les maux de la santé mentale se manifestent par une série de symptômes à côté desquels on passe parfois, alors qu’ils se sont incrustés sans crier gare dans le quotidien, et même parfois depuis un certain laps de temps. « Nous voulons aider les patients à mieux comprendre les difficultés qu’ils rencontrent. Notre rôle est alors de leur fournir des outils afin de devenir autonomes face à ces difficultés, de s’orienter vers l’action, de trouver des solutions, tout en favorisant la collaboration » conclut Hélène Leclef.

« Ces séances de groupe permettent aussi de renouer des liens sociaux en douceur et en sécurité et de retrouver la confiance en soi ».
 

Infos : 

Organisés pendant 10 semaines, à raison d’une séance par semaine, ces cycles de rendez-vous auront lieu les mardis de 13h30 à 16h sur inscription. 5 euros sont demandés à chaque participant, par séance (remboursement mutuelle possible).

Infos : Rue de la Croisette 109 à Courcelles - 071 466 080.
À noter que dans tous les services provinciaux de santé mentale, quels que soient les moyens utilisés,
rendez-vous individuels, groupes de parole, thérapies familiales,… sont organisés au quotidien.
Les missions et objectifs restent identiques, sans jugement ni a priori.
Parce que chacun a le droit de se sentir bien, n’hésitez pas à pousser leurs portes.
Pour retrouver toutes les coordonnées des SPSM près de chez vous, visitez actionsociale.hainaut.be.
Rédaction : Service Communication de la Direction générale de l’Action sociale – Province de Hainaut
Audrey DE LANGHE 0491 35 80 71 – communication.dgas@hainaut.be

Version imprimableVersion imprimable

Date de publication

Mercredi, 13 Octobre, 2021 - 10:33