Alexis Deconinck - Dormir sur le béton

Invité par le BPS22 dans le cadre de la biennale Watch This Space #11 (programme dédié à la création émergente, coordonné par 50° nord Réseau transfrontalier d’art contemporain), Alexis Deconinck s’installe, du 20 novembre au 12 décembre,  en résidence à Charleroi et s’attaque aux grands chantiers de rénovation de la ville, en particulier à celui entravant l’accès au musée.

vue sur les travaux sur l'esplanadeL’artiste choisit de détourner les dispositifs de contrôle et de protection mis en place afin de concevoir des aménagements susceptibles d’entrer davantage en résonance avec l’imaginaire des usagers...

Architecte de formation, Alexis Deconinck crée des installations et des sculptures dont la caractéristique commune est d’offrir aux habitants la possibilité de reconquérir des espaces urbains banalisés, voire ignorés, et d’interroger nos manières d’habiter, de se déplacer, de jouer, de socialiser ou simplement de se poser. Qu’il détourne des séparateurs de trafic en béton pour en faire du mobilier urbain ou qu’il plie des palissades de chantier à la manière d’un origami, l’artiste transforme le champ de l’art en chantier permanent (et inversement) et questionne l’espace afin d’en révéler les points de rupture ou d’équilibre.

Au terme de chaque semaine de résidence, Alexis Deconinck propose au BPS22 des moments de rencontre, de présentation de projets et de restitution de ses recherches en cours.

A découvrir ces samedi 20 et dimanche 21 novembre à l'extérieur du musée

Après s’être "attaqué" aux séparateurs de trafic routier et pour sa seconde résidence au BPS22, Alexis Deconinck a choisi de travailler avec des barrières grillagées mobiles. "De qualité Rempart" (termes utilisés sur certains sites internet de vente de matériel de chantier), elles ferment l’esplanade Solvay, entourent les zones dangereuses du chantier et forment une succession de murs infranchissables pour le marcheur urbain. Persuadé qu’une ouverture vers une démarche de type artistique pourrait amener les professionnels de la ville à concevoir des aménagements plus susceptibles d’entrer en résonance avec l’imaginaire des usagers, l’artiste réalisera des pliages avec une série de barrières. Portant une attention au plan et aux interstices, Alexis Deconinck traitera la barrière comme un élément plastique à part entière. Par le pliage et la soudure les barrières déformées deviennent un véhicule de l’imagination. Le temps de la présentation, elles perdent leur utilité première en présentant des formes géométriques qui rappellent de nombreux travaux et questionnements de l’histoire de l’art sur la toile et le cadre. Tordre le cou à des gestes institutionnels d’interdiction - comme celui d’apposer une barrière - c’est questionner un interdit, un geste d’appropriation de l’espace public ou encore une privation du caractère public et de bien commun à certains espaces. C’est questionner l’institution de manière générale et son statut de protecteur bien intentionné.

Infos   

BPS22 - Boulevard Solvay, 22 à  Charleroi
071/27.29.71
info@bps22.be
www.bps22.be

Version imprimableVersion imprimable

Date de publication

Mardi, 16 Novembre, 2021 - 22:24