Aline Bouvy – Cruising Bye

Comme le suggère son titre Cruising Bye, l’exposition d’Aline Bouvy au MACS se présente comme une maraude, au sens où il est autant question de vagabondage sexuel et de patrouille policière que de chiens errants et de batifolages queer.

oeuvre sur un murA l’horizon de cette dérive poétique et transgressive se dessine l’utopie d’une sexualité fluide que l’artiste plasticienne assimile moins au militantisme pragmatique LGBT qu’à la critique permanente des codes esthétiques et hygiénistes par lesquels la société surveille nos corps et enferme leurs désirs.

Dépassant les normes de la morale bourgeoise et les bornes du politiquement correct, ses œuvres leur adressent même au passage un bye bye insolent, signe d’une mutation irréversible de la société.

Véritable ode à la liberté, l’exposition Cruising Bye d’Aline Bouvy prend ainsi l’allure poétique d’une « parade sauvage » où se mêlent aussi bien un défilé de policiers androgynes (au son des sirènes) qu’un sabbat de sorcières (sous belladone).

Le parcours à travers les salles du musée a été conçu, suivant cette notion de cruising mise en évidence par le titre de l’exposition, comme une flânerie articulée en trois moments principaux : la découverte de la série des linoléums qu’Aline Bouvy a réalisés entre 2014 et 2016, l’immersion dans la nouvelle version de l’installation interactive Potential for Shame (2021-22) ainsi que l’exploration à l’extérieur du bâtiment d’une série de sculptures anthropomorphisant l’architecture du MACS. A voir jusqu'au 19 septembre. 

 Infos : Musée des Arts Contemporains de la Fédération Wallonie-Bruxelles, Site du Grand-Hornu, rue Sainte-Louise, 82 à  Hornu, 065/65 21 21, reservations@grand-hornu.be, https://www.mac-s.be/fr/expositions

Version imprimableVersion imprimable

Date de publication

Vendredi, 6 Mai, 2022 - 11:16