Ambassadeurs du anti-harcèlement

A Marcinelle, en musique et en hashtag, des jeunes de l’IMP sont devenus ambassadeurs du anti-harcèlement… dans leur école.

Insultes, moqueries, brimades, mises à l’écart… Le harcèlement à l’école, il faut en parler.  Mélissa Pétolillo enseigne depuis 5 ans à l’institut médico-pédagogique de Marcinelle. Cette année, dans le cadre du cours d’éducation à la philosophie et à la citoyenneté, elle et ses élèves de 10 à 13 ans ont décidé d’évoquer le phénomène malheureux du harcèlement à travers un clip vidéo.

« Les élèves ont directement aimé l’idée du clip, une initiative très créative et artistique selon eux », explique Madame Pétolillo. «Le choix de la musique s’est porté sur le titre «Fragile» de Soprano qui les a vraiment motivés. Ils étaient très impatients de participer à la mise en scène», précise-t-elle.  Une aide précieuse a été apportée au niveau logistique et montage grâce à Céline Lobbin, enseignante en classe numérique. Une autre enseignante, Julie Huchon, a été la coach « paroles » pour aider les élèves à apprendre la chanson. 

impLe but de ce projet ? Créer un cercle de confiance et de parole. « Les enfants en situation de handicap ont tendance à communiquer avec du non-verbal ; des coups, des pleurs, des crises de colère. Ils ont des difficultés à mettre des mots sur ce qu’ils ressentent », détaille Madame Mélissa. « Les cours de citoyenneté leur permettent de s’exprimer et d’enfin trouver les mots pour décrire ces mystérieuses émotions. Ces moments de parole permettent aux enfants d’être à l’écoute et aussi de se sentir écoutés, même si ce n’est pas toujours facile de se mettre en avant et de parler ».

Dans le cadre de leurs recherches, le sujet du « cyberharcèlement » est arrivé sur la table... Et au-delà de la vidéo est aussi venue l’idée d’un grand panneau, réalisé en classe, reprenant les codes de cette forme de violence. « Ils ont ainsi créé des hashtags anti-harcèlement. Cette réalisation a permis aux enfants de parler de leur réalité sur les réseaux sociaux, tels qu’Instagram et/ou Tiktok ».

Aujourd’hui, les enfants sont des ambassadeurs du anti-harcèlement au sein de l’école. « Suite à la réalisation du clip vidéo, ils ont commencé à passer le mot aux autres lors de la récréation. Ils n’ont pas hésité à rappeler à leurs copains le comportement à adopter s’ils voyaient un enfant en harceler un autre », explique Madame Mélissa. « Ils sont extrêmement fiers de leur projet, c’est tellement beau de voir briller ce sentiment dans leurs yeux », souligne-t-elle.

Numéro vert « Ecoute école » : 080095580

(un article de Lynne De Ryckere,  élève à la Haute Ecole Condorcet et stagiaire en communication à la Direction générale de l'Action sociale DGAS)

Version imprimableVersion imprimable

Date de publication

Jeudi, 29 Avril, 2021 - 09:58