Bois-du-Luc où les hiercheuses prennent des allures célestes

Au Musée de la Mine et du Développement Durable, installé au cœur des anciens bureaux et ateliers du Charbonnage du Bois-du-Luc, l’exposition Déesses et Hiércheuses rend hommage de manière originale aux femmes.

bois du lucCette proposition de la Tiny Gallery présente magistralement un ensemble de portraits dont les protagonistes réelles ou imaginaires ont connu l’époque où les cheminées de l’industrie crachaient leurs épaisses volutes de fumées. Ces grandes représentations habitent les lumineuses salles des anciens ateliers du charbonnage durant tout l’été. On peut d’emblée souligner la très belle mise en scène imaginée à la gloire de toutes ces héroïnes du quotidien, mettant en dialogue des personnalités célèbres ou totalement anonymes.

Cette grande fresque est composée d’un ensemble d’images sélectionnées par le Commissaire Oliver Guyaux, fondateur de la Tiny Gallery. Elle est ponctuée d’un ensemble de réflexions qui soulignent notamment le courage et la résilience des hiercheuses, ou trieuses, ces milliers de femmes marginalisées, infantilisées, traitées comme des citoyennes de seconde zone lorsqu’elles travaillaient dans les entrailles des fosses ou dans la poussière des triages.

Aux côtés de la terrible réalité de ces ouvrières anonymes, posent de majestueuses dames corsetées dans de somptueuses robes de dentelle qu’inondent des chignons gonflés d’anglaises. Mais que l’on se méprenne pas, le propos ici n’est en aucun cas d’opposer divas et hiercheuses, dans une sorte de tableau dichotomique. Ces figures féminines sont au contraire associées, liées par leur sororité contrastée puisqu’elles sont présentées ensemble dans l’exposition comme une illustration de la lutte multifacette pour la reconnaissance, le respect et les droits que les femmes de différentes strates de la société ont menée.

Exploiter le prompt art pour faire vivre la mémoire

Comme pour inventer une nouvelle trinité, l’exposition Déesses et Hiercheuses ouvre un axe inattendu à la représentation des combats féministes en choisissant de questionner l’intelligence artificielle. Alimenté par un ensemble d’images d’archives, le magma numérique fait jaillir des visages inventés. Ces compositions sont des instants faussement immortalisés où posent fièrement quelques femmes qui n’ont jamais vu le jour. Ces créatures déifiées ont la peau fine et le regard franc, elles nous toisent. Les observer constitue une expérience déroutante que nous vous invitons à vivre absolument.

Au rez-de-chaussée de ce grand hall industriel si remarquablement authentique, dans une forme de pénombre, le visiteur croise d’autres muses : glaneuses chargées de leur butin de caillasses, fières Mistinguetts aux yeux charbonneux, mère aux allures de madone pressant le pas le long d’une Sambre éternellement industrielle peinte par Paulus…

Aux côtés de ces silhouettes figées, dansent les corps des visiteurs qui se reflètent dans de grands miroirs déformants. Puis dans un recoin aux allures de laboratoire, d’autres expérimentations sont livrées aux regards : les gorges des muses artificiellement mises au monde par les machines numériques se mettent à respirer, leurs paupières vibres, sous nos yeux incrédules, elles prennent vie brièvement.

La littérature pour faire entendre les femmes qui ont vécu la mine

Pour retracer de manière plus réaliste mais néanmoins sensible le parcours des femmes dans les mines de charbons, nous vous convions à participer aux animations que proposent le MMDD durant le mois de juin, en lien avec l’exposition Déesses et Hiercheuses. Quelle place les femmes occupaient-elles dans l’univers des charbonnages ? Trieuses, épouses ou mères, de quoi était faite leur vie ? Au moyen de textes, d’anecdotes et de témoignages surprenants, Christine Mordant et Jeff di Terlizzi vous baladent de la « Grande » histoire vers celles du quotidien et donnent enfin la parole aux grandes oubliées de l’histoire minière.

Laissez-vous emporter par les histoires de Marie-Louise, Hortense, Cécile, Bernadette, la wardresse et même la petite Catherine de Germinal !

Ces animations sont prévues les 1er, 16 et 30/6. Le départ a lieu à 15h. Il est préférable de s’inscrire pour participer à la visite lecture d’une durée de 2 heures. Elles sont organisées en partenariat avec notre Secteur éduction permanente et Jeunesse.

Infos

D’autres balades thématiques sont également prévues durant l’été sur le site du Bois-du-Luc, sur les terrils, ou à vélo. Il y aura aussi de la musique, du cinéma et bien d’autres activités qui animeront le site au cours des prochains mois !

Pour ne rien manquer du riche programme et redécouvrir sans cesse sous un autre angle le site minier du Bois-du-Luc, patrimoine mondial de l’UNESCO, rendez-vous sur l’agenda du Musée.

N’hésitez pas à vous abonner à la Page Facebook ou à la chaîne Youtube du MMDD ou à le suivre sur Instagram.

Musée de la Mine et du Développement Durable du Bois-du-Luc

Exposition ouverte jusqu’au 29.09.24
Rue Saint-Patrice 2B
7110 La Louvière (Belgique)
Tél. +32 (0)64 28 20 00

Version imprimableVersion imprimable

Date de publication

Mardi, 18 Juin, 2024 - 13:34