La grossophobie au programme des cours

La problématique de la «grossophobie » se retrouve dans la formation des instituteurs primaires et les étudiants de Bachelier Educateur Spécialisé en accompagnement psycho-affectif analysent cette question.

Ce 25 février, au Conseil provincial, David Jadoul a par ailleurs interrogé les Députés en charge de l’enseignement sur « la lutte contre la grossophobie » : il souhaitait savoir si l’enseignement provincial développait une politique spécifique. Comme l’a rappelé Eric Massin qui a dans ses compétences l’enseignement supérieur, la Haute Ecole Condorcet l’intègre dans ses programmes de formations et cursus : par exemple, les étudiants de Bachelier Educateur Spécialisé en accompagnement psycho-affectif analyseront cette question sous différents angles comme les impacts psycho-affectifs des troubles alimentaires, le rôle des images dans les sociétés ou encore à travers l’éducation à la santé. La problématique de la «grossophobie » se retrouve aussi dans la formation des instituteurs primaires où les étudiants s’intéressent aux stéréotypes et bien évidemment, dans le Département des Sciences de la Santé publique, où, dans différentes sections, on se penche sur les phobies, l’obésité et les discriminations en général.   

Version imprimableVersion imprimable

Date de publication

Vendredi, 26 Février, 2021 - 09:53