Le Centre de Broderie du Hainaut (CBH) remet sa Toile brodée à l’association Hallekin

Bravo! En 782 heures, 7 brodeuses du Centre de la Broderie du Hainaut ont brodé l'une des 85 toiles en lin du projet "Tapijt van Assenede". Le 20 mai, les brodeuses Micheline Berthe, Eliane Cabo, Chantal Degryse Yolande Dubuisson, Myriam Grégoire, Joceline Masset et Geneviève Borreux remettront à l’association flamande Hallekin, la scène 77 de cette oeuvre qui célèbre un poème du 12ème siècle : «Floire et Blancheflor». Un best-seller traduit en 12 langues. L'histoire d'amour (interdit) des grands-parents de ...Charlemagne.

Une fois terminées et mises bout à bout, ces 85 toiles brodées en 6 ans (soit 50.000 heures), par 89 brodeuses wallonnes et flamandes, hollandaises et allemandes,avec de la laine coloréeformeront une immense toile de lin de fabrication belge, longue de 100 mètres sur 90 cm de haut. 

image.pngUne toile en lin brodé au Hainaut sur une histoire d'amour française vieille de 850 ans «Floire et Blancheflor» pour une tapisserie belge de 100 mètres de long (90 cm de haut)...

Le 20 mai à 16 heuresle Centre de Broderie du Hainaut (CBH) pourra finalement remettre sa "Toile brodée" à l’association Hallekin dans le cadre du projet "Tapijt van Assenede".

"À cette occasion, plusieurs autres toiles terminées par d’autres groupes seront également exposées ainsi que les différents ouvrages de nos élèves et de nos monitrices", explique Geneviève Borreux, du Centre de la Broderie du Hainaut.

L'amour triomphe de tout!

Ce projet, connu sous le nom de Tapijt van Assenede, a été lancé par l’association Hallekin (cercle d’histoire régionale de la commune d’Assenede, Flandre orientale) pour célébrer l’anniversaire de la traduction en flamand vernaculaire du XIIIe siècle (le Dietsch) du poème d’amour «Floire et Blanchefleur» écrit un siècle plus tôt par un clerc français probablement du nom de Robert D’Orbiny. Ce poème de 3.348 vers, bestseller de l’époque, fut traduit en pas moins de 12 langues d'Europe occidentale : en flamand/néerlandais, allemand, anglais, norvégien, suédois, danois, islandais, espagnol, italien, tchèque, grec et yiddish. image_1.png

C’est l’histoire d’un amour interdit entre une jeune fille chrétienne (Blanchefleur) et un garçon musulman (Floire). La jeune fille Blanchefleur est la fille d’une comtesse chrétienne qui a été l'esclave d'un roi musulman d'origine espagnole au 8-ème siècle; son fils Floire est le prince héritier.

Leur amour est contrarié par le roi et la reine du pays. Mais finalement après beaucoup de problèmes et d’émotions (en 3.000 vers) ils peuvent se marier : l’amour sincère survit à tout obstacle ! L’Amour triomphe de tout ! Et le petit-fils de Floire et Blancheflor est devenu le plus grand monarque européen de tous les temps : Charlemagne.

La version vernaculaire flamande du conte de Floire et de Blanceflor appartient aux plus anciennes œuvres littéraires de langue flamande. Comme peu de gens lisent des publications sur la littérature historique, il a été décidé dans le village rural flamand d'Assenede (village du poète flamand médiéval) de représenter cette histoire sur une tapisserie qui était un véhicule typique de communication médiévale.

La tapisserie est ainsi brodée par des brodeuses de la circonscription comtale médiévale de Flandre. Une partie de la Flandre médiévale est aujourd’hui située dans la province de Hainaut. L'asbl Hallekin a invité le Centre de la Broderie du Hainaut à participer à ce projet.

Elles ont brodé la scène de l'anneau

Les brodeuses Micheline Berthe, Eliane Cabo, Chantal Degryse Yolande Dubuisson, Myriam Grégoire Joceline Masset et Geneviève Borreux ont brodé l'une des 85 toiles que comprend ce projet (la scène 77) en 782 heures. 

Cette scène raconte qu'après que Floris eut repéré son amante dans le harem de l'émir du Caire (qui acheta Blanchefleur pour 10 fois son poids en or), il pénétra subrepticement dans le harem où il retrouva sa bien-aimée... mais ils y furent surpris. Un procès les condamna au bûcher. À son départ, à la recherche de Blanchefleur, la mère de Floris (Reine du pays) lui avait offert un anneau magique, qui protège le porteur de tous les dangers. Cet anneau pourrait lui être utile dans sa recherche de son amour Blanchefleur. Après le procès, pendant qu’ils sont conduits au bûcher, Floris a souhaité offrir l’ anneau magique à Blanchefleur qui l'a refusé. Finalement ils jetent l’ anneau préférant mourir par amour l'un pour l'autre. Un duc qui avait tout vu, ramassa l'anneau magique et alla en informer l'Emir.

"Depuis 6 ans, les 89 brodeuses travaillent.. A ce jour, elles ont  consacré 50.000 heures de travail et elles ont réalisé 80 pourcent de la broderie.Sa Majesté, la reine Paola a été conviée à Assenede en 2019 pour rencontrer les brodeuses et a posé quelques points de broderie sur une des toiles", ajoute Geneviève Borreux. La Toile Brodée par le CBH fut terminée en 2020 mais sa remise fut reportée à deux reprises, Covid oblige.

Ce projet représente un bel exemple de coopération culturelle entre la Flandre et la Wallonie. Il est également international et concerne les Pays-Bas, l’Allemagne, la France, l’Angleterre. 

Une fierté pour le Centre de la Broderie du Hainaut qui a été créé il y a près de 30 ans par une poignée de régentes techniques en habillement de l'Athénée provincial Raoul Warocqué à Morlanwelz. "A l'époque, avec l'ancien directeur de l'école, Michel Delwart, nous avons fondé ce Centre à la Manade de Collarmont à Carnières, parce que nous pensions que la broderie pouvait nous permettre de tisser du lien entre les gens et d'aller à la rencontre à la fois des amateurs, des passionnés et des brodeurs actifs dans les nombreuses communautés vivant en Hainaut. Nous voulions faire la promotion des travaux d'aiguille, et surtout sortir de l'ombre cette technique artistique. Nous avons rencontré des Maîtres brodeurs dans toute l'Europe. Le Centre de la Broderie du Hainaut a mis sur pied une quarantaine d'ateliers de broderie et d'art textile. Une véritable école. Nous avons eu la chance de participer à des salons et à des expositions de prestige, notamment au Château de Seneffe. J'ai passé la main, lors de mes 70 ans. Cela fait 10 ans maintenant et je suis heureuse de voir la relève assurée, avec des projets qui font sens",  explique Lucile Coppée, première cheville ouvrière du Centre de la Broderie du Hainaut.

image_3.png

Tapijt van Assenede : http://www.tapijtvanassenede.be/versionfrancaise.html

 Ce projet a déjà été couvert par la presse du nord du pays, entre autre par laVRT - https://www.vrt.be/vrtnws/nl/2020/03/12/borduurders-naaien-mondmaskertjes-op-middeleeuwse-personages-van/ et par des articles dans des journaux comme le Newsblad https://www.nieuwsblad.be/cnt/dmf20200225_04864027

Infos : Centre de la Broderie du Hainaut. La Manade de Collarmont à Carnières.  rue d’Anderlues, 72, 7141 Morlanwelz. Madame Geneviève Borreux  0475/93.19.55 ; 02/343.40.78 gborreux@gmail.com 

Version imprimableVersion imprimable

Date de publication

Mardi, 10 Mai, 2022 - 15:01