Le financement des zones de secours au centre des débats

Sans surprise, la décision wallonne de faire supporter par les Provinces 60% de la dotation communale aux zones de secours a, de nouveau, été au centre des débats du Conseil provincial, ce 30 juin. Pour le Hainaut, la note est particulièrement salée: ce sont 51 millions qui devront êtretrouvés d'ici 2024 pour soulager les communes, dont 15 millions dès cette année.

Si la volonté du ministre Dermagne est de trouver des solutions pour amortir le choc, la Province s'indigne de l'avis rendu par l'Union des Villes et Communes (UVCW). Le "syndicat" des communes réclame une prise en charge de 100% du coût des services d'incendie par les Provinces. "L'Union des Villes livre un avis inamical, sectaire et corporatiste , dénonce Serge Hustache, le président du Collège provincial du Hainaut. Il s'agit là d'un rendez-vous manqué avec la plus élémentaire des solidarités entre les pouvoirs locaux!"

Dès cette fin d'année, le Hainaut sera prié d'inscrire 20% de cette dotation communale dans une modification budgétaire qui sera douloureuse. Si ce cap pourra être franchi, la suite du financement plonge la Province de Hainaut dans la perplexité.

Le Collège provincial du Hainaut ne veut pas tomber dans le piège d'une confrontation avec les communes. Elles sont les partenaires naturelles de la Province. À condition que celle-ci conserve ses moyens d'actions.

Le Conseil provincial a décidé de créer une "task force 3" regroupant les différents partis politiques. Il s'agira d'explorer toutes les pistes de recherche de recettes nouvelles et d'économies, mais également de réfléchir sur les compétences. Avec une ligne rouge: l'emploi. Le Conseil provincial et le ministre wallon s'accordent pour ne pas toucher au personnel provincial.

Version imprimableVersion imprimable

Date de publication

Mercredi, 1 Juillet, 2020 - 09:15