Les doigts de fée d'une école provinciale décrochent la lune.

C’est l’effervescence dans l’atelier de l’opéra urbain louviérois « Décrocher la Lune ». Dans le décor des tringles de costumes qui se succèdent contre les murs, les préparatifs sont rythmés par les ronronnements des machines à coudre, des pas feutrés dans les couloirs et des discussions cordiales des bénévoles présentes, de tous âges.

Les élèves de l'école secondaire de l'IMP René Thône au travail dans L'atelier de couture de l'opéra urbain "Décrocher la Lune"La sérénité et la concentration règnent pour les 9 jeunes filles de l’Institut médico-pédagogique René Thône de La Louvière - de la 3e à la 6e année - dispersées dans la grande salle baignée de lumière ; notamment autour d’un plan de travail chargé de plusieurs dizaines de tutus immaculés en tulle.

C’est avec énergie que nous sommes accueillis par Mme De Smet, leur dynamique professeure de couture au sein de la section habillement-retouche de l’école secondaire : « j'ai répondu à un appel lancé sur Facebook par l’équipe du spectacle qui recherchait des bénévoles pour réaliser les costumes » explique-t-elle « j’ai pris contact avec eux pour obtenir les renseignements et ai obtenu l’accord de l’école très rapidement pour participer au projet avec mes élèves ». Monsieur Yraly, Chef d’Atelier, et Madame Delforge, Directrice de l’école, soutiennent avec conviction le projet « c’est non seulement un service à la collectivité qui est porteur de sens mais aussi une mise en valeur de ce métier qui est méconnu ».

Les élèves de l'école secondaire de l'IMP René Thône au travail dans L'atelier de couture de l'opéra urbain "Décrocher la Lune"La précision des gestes est impressionnante et les manipulations délicates s’enchaînent « c’est très riche car très différent de ce que nous faisons en classe. Nous travaillons sur d’autres matières comme la tulle ou la fausse fourrure, sur d’autres facettes du métier, du matériel industriel,…. ». Si l’échec est permis en classe, le contexte ici est très différent. Responsables des vêtements travaillés, les apprenties retoucheuses semblent totalement immergées dans leur mission. Et ce qui importe le plus pour leur prof' passionnée : « c’est l’intégration à la vie de la ville ; le fait de sortir de l’IMP et de vivre autre chose. Le développement personnel est aussi important que le développement professionnel ».  Les élèves quant à elles sont tout aussi enthousiastes, l’une d’elles, Melissa, se confie « C’est vraiment bien pour nous. Ce qui est très différent ici c’est l’ambiance de l’atelier et le stress c’est vrai ; mais c’est aussi le fait qu’on travaille beaucoup plus en équipe qu’en classe, on s’entraide pour avancer ».  

Les élèves de l'école secondaire de l'IMP René Thône au travail dans L'atelier de couture de l'opéra urbain "Décrocher la Lune"Au total, 700 costumes sont réalisés à l’occasion de ce spectacle qui illuminera le ciel de la Cité des Loups pour ses 150 ans. En à peine quelques jours, les futures retoucheuses ont travaillé sur 200 pièces. La cheffe couturière, Rebeka Benadis, est très satisfaite du travail réalisé «  Ces élèves sont sociables, adorables, motivées. C’est une belle expérience pour elles car elles travaillent sur des techniques que l’on n’apprend pas à l’école, comme glisser des baleines LED dans des coulisses de tulle, très fragiles. Le type d’enseignement duquel elles viennent ne me pose absolument aucun problème, ce qui compte c’est le résultat ! D’ailleurs si je pouvais les avoir avec moi jusqu’à la fin des préparatifs, j’en serais heureuse mais je ne sais pas encore si l'école acceptera" termine--t-elle avec un clin d'oeil.

Après quelques jours d’immersion, les futures retoucheuses sont en tout cas impatientes de découvrir le résultat de leur travail le Jour « J ». Des étoiles dans les yeux et un sourire rayonnant aux lèvres lorsque l’on évoque ce grand moment, elles affirment déjà leur fierté d’avoir travaillé pour une organisation si prestigieuse.  Elles auront en tout cas un accès privilégié à l’événement qui se déroulera le samedi 29 septembre prochain dès 21h00 sur la Place communale louviéroise.

Pour toutes les informations sur la formation d’ouvrière retoucheuse et sur l’institut provincial René Thône de la Louvière (enseignement spécialisé forme 2 et 3 - type 1, 2, 3) formez le 064/ 23 60 20. 

Version imprimableVersion imprimable

Date de publication

Jeudi, 27 Septembre, 2018 - 19:34