Les sardines démocratiques du Centre lancent un appel!

 "Vous êtes enseignant dans le primaire ou le secondaire. Rejoignez-nous ! Cela ne vous prendra qu'une heure de cours. Créez des sardines démocratiques avec vos étudiants et envoyez-les nous. Vous n'êtes pas enseignant mais vous voulez participer, envoyez-nous votre sardine. Voici l'adresse : APLL La Louviere, Maurice Medici, Boulevard du Tivoli 2, 7100 La Louvière". L'appel est lancé !

Où en est le mouvement des "sardines démocratiques"? Un an après son lancement (en février 2020) et après la crise de la Covid-19, où en est ce projet européen, porté sur e-twinning et lancé dans plusieurs écoles provinciales de la région du Centre, à l'initiative de Maurice Medici, professeur de morale  à l'APLL, à l'école du Futur Soignies et à l'Ipes La Louvière.

apllUne équipe d'Antenne Centre, emmenée par Denis Colette, Michel Debacker et Charles Sauvage, a rencontré les élèves pour faire le point, dans le futur potager de l'APLL. Retrouvailles en présentiel. Ils ne s'étaient plus vus depuis octobre! "Des centaines de poissons ont été récoltés dans plusieurs écoles européennes, en Norvège, en Espagne, en Italie, à New-York, en France. Porteurs de messages démocratiques, de slogans, de souhaits, de rêves pour l'humanité, ils devraient être exposés et former une chaîne des droits humains, une fresque démocratique et piscicole. Une nationalité, cela ne veut rien dire, on est citoyens du monde", explique Maurice Medici, le professeur  à l'initiative de ce projet un peu fou qui consiste à promouvoir les droits humains, la tolérance grâce à des dessins qui circulent entre les pays. "Les jeunes à qui je m'adresse ont entre 12 et 16 ans, ils ont une spontanéité et une liberté de parole inédites. Quand on fait confiance aux jeunes, ils sont créatifs. L'un d'eux a récolté 190 sardines, il est retourné dans son école primaire expliquer notre projet."

 "Je trouve que le racisme a été fort présent pendant le confinement et cette épidémie, avec Black lives matter, notamment. J'espère que notre projet permettra aux gens de se poser des questions, de changer leur vision et peut-être leur vie", explique Cyril, élève de deuxième. "Nous avons recueilli le témoignage de nos proches, un souvenir, une anecdote, un adjectif, un mot, un espoir. Ma maman qui est pharmacienne a raconté combien c'était difficile pour elle qui doit porter le masque chaque jour ainsi qu'un plexi, de parfois se retrouver face à des patients qui ne le portent pas et ne comprennent pas qu'ils mettent en danger l'autre", témoigne Lucie, (élève de deuxième).medici

apll"Le mot chaotique a été relevé et j'ai aussi épinglé les moment atypiques qui nous ont rapprochés, en famille", ajoute Line. Antoine, lui, a imaginé un futur humoristique à partir de la pandémie. Quant aux élèves de cinquième, actifs dans le mouvement du développement durable avec l'assemblée des jeunes, ils ont surtout rappelé que le monde d'avant n'est plus viable et qu'il faut retenir la leçon et faire le lien avec la globalisation. "Le covid ne doit pas occulter nos luttes contre le réchauffement climatique", dit Marie-Belle. On doit tirer les enseignements de cette crise, choisir notre avenir collectif, on a besoin du lien social. Il faut stopper la course à la consommation.

Et si des petits dessins piscicoles pouvaient lutter contre le racisme ? Une façon de donner cours de morlae autrement à La Louvière.

Reportage Antenne Centre  : Denis Colette, Michel Debacker et Charles Sauvage.

#fishes #etwinning #droits humains 

https://www.antennecentre.tv/article/diverscite-le-mag-du-16-mars-2021

mlapll

What do you want to do ?New mailCopy

Version imprimableVersion imprimable

Date de publication

Lundi, 15 Mars, 2021 - 12:48