<Nature> Quand l'école se veut verte

Un hôtel à insectes, une forêt urbaine Miyawaki, des nichoirs. A Jean Jaurès, profs et élèves s’impliquent pour le développement durable. 

mlCréation d’un hôtel à insectes, d’une forêt urbaine, de nichoirs… Les projets ne manquent pas pour aménager le site de l’Institut provincial  d'enseignement secondaire Jean Jaurès à Charleroi, avec la collaboration du Service des Espaces verts de la Province de Hainaut et de l’IMP de Marchienne (institut-médico- pédagogique provincial).

"L’idée d’un hôtel à insectes, élément-clé de l’attention que l’on peut porter à la préservation de la biodiversité dans un cadre verdoyant comme le nôtre, faisait partie des projets à mettre en œuvre depuis un certain temps. Lorsque, sous l’impulsion de Madame Mollez et de Monsieur Grenson, nous avons partagé ce souhait avec le département des espaces verts, l’accueil fut tel que nous avons pu le concrétiser rapidement" confie le directeur Fabian Pede. Représentant le sigle de l’école, l’hôtel  offrira un gîte aux insectes leur permettant de se reproduire. Une belle aide à la biodiversité locale ! "Ce projet  nous permet de former nos élèves en tant que citoyens responsables et de les préparer aux enjeux écologiques futurs. L’intérêt pédagogique est tout aussi capital. Il permet d'éveiller les jeunes d’une manière concrète et de les sensibiliser à la richesse de la faune sauvage ainsi que de promouvoir leur sens des responsabilités pour construire un monde durable. C’est aussi une façon de contextualiser de nombreux points de matières abordés dans les cours de sciences" expliquent  les professeurs. 

Petits arbres deviendront grands ! 

Des vents violents avaient eu raison des cèdres implantés  dans le parking de l’école.  Pour réaménager la zone, le Département Espaces verts de la Province deélèves devant la  forêt urbaine Hainaut a proposé à l’école de devenir le premier site de la Province de Hainaut à mettre en place une forêt urbaine Miyawaki. Le concept est le suivant : il s’agit de créer, dans un environnement urbain, une mini-forêt en plantant différentes essences indigènes en grand nombre, de manière à les mettre en concurrence. Les lois de la nature font ensuite leur travail, permettant à certains arbres de se développer au détriment d’autres qui vont progressivement s’effacer.  Pendant plusieurs années, cet aménagement original  va offrir aux utilisateurs du parking et aux visiteurs un paysage évolutif, variant au cours des saisons et des années. "Cette forêt Miyawaki est un outil pédagogique formidable. Elle fournit un habitat favorable à la biodiversité. Nos élèves pourront la voir grandir au fil des ans et nos cours de sciences bénéficieront  d’une observation in situ." Préparation du sol et rognage des souches de cèdres,  amendement pour créer un sol forestier mature, choix d’essences spontanées et indigènes, division de ces essences en 4 strates : buissons, arbustes, arbres et arbres de canopée, plantation des arbres, amendement en micro-organismes, paillage de toute la surface avec des matériaux favorisant un sol fongique : tout comme pour l’hôtel à insectes et les nichoirs, les élèves se sont impliqués dans la concrétisation de la forêt et ils sont ravis d’y avoir participé !


Infos :
Institut Jean Jaurès
Rue de la Broucheterre, 52b à 6000 Charleroi 
www.etudierenhainaut.be/ijj

Version imprimableVersion imprimable

Date de publication

Jeudi, 27 Mai, 2021 - 10:16