Soignies : 80 chromebooks distribués à l’École du Futur

Bel atout pour la motivation des troupes ! Les élèves de 4e de l’École du Futur de Soignies, toutes sections confondues, viennent de recevoir un chromebook (PC portable) qui leur permet de suivre leur scolarité à l'école et à la maison.

"Nous les attendions avec impatience ! 80 chromebooks d’une valeur d’environ 300 euros ont été distribués dans le cadre de la numérisation de l’enseignement. Notre école est pilote en Hainaut.  Nous avons reçu une aide de la Fondation Baudouin. Les parents ont marqué leur adhésion à 100% au projet et 90% des enseignants étaient favorables à l’utilisation de cet outil en classe. Nos élèves sont donc venus avec leur adresse @eduhainaut et leur mot de passe. Ils ont reçu une formation pour les aider à faire leurs premiers pas. Ils repartent avec cet outil de travail qui les accompagnera jusqu’à la fin de leurs études secondaires et même au-delà", explique Sonia Dupont, la directrice.

Les chromebooks ne sont cependant pas entièrement gratuits. "Pour prendre soin de quelque chose, il est important d’en être propriétaire", explique Jean-Baptiste Van Zeebrouck de Hainaut Enseignement Numérique.

"Nous payons 3X20 euros par trimestre pendant 3 ans et à la fin, on achète le matériel pour 30 euros. C’est une bonne affaire", explique Clarisse, étudiante.   

"L’idée est de leur permettre d’avoir les clés pour rentrer dans le monde professionnel avec une compétence digitale que l’école n’aurait pas pu leur donner sans ces machines", ajoute Jean-Baptiste Van Zeebrouck.

Une démarche qui demande de l'adaptation

L’idée étant que chaque enseignant.e vienne avec ses propres cours et scénarios pédagogiques, sa propre expérience. "Cela leur fait parfois peur car certain.e.s craignent d’en savoir moins que leurs élèves. Or, si les élèves sont souvent à l’aise avec l’outil numérique, ils ne le maîtrisent pas pour autant entièrement", précise Benoît Naveau de l’asbl Educit.

"Être enseignant à l’École du Futur, c’est un parti pris. La sensibilité aux outils numériques et la lutte contre la fracture numérique c’est quelque chose qu’ils portent en eux", relève Sonia Dupont, la directrice.

"Je mets un point d’honneur à ce que ce soit complémentaire, que l’élève continue à utiliser un stylo et à écrire à la main, ne serait-ce que pour sa dextérité et aussi solliciter d’autres mécanismes mentaux. C’est une facilité de se dire que l’on peut mettre en ligne des cours et des livres mais cela ne remplacera jamais le contact humain", témoigne Judith Rossay, professeure de français.

Un ordinateur n’est jamais qu’un outil et tout dépend de ce que l’on en fait. "Cela dit, avoir un outil qui les connecte à l’école, proche de leur quotidien d’aujourd’hui est un élément qui permet de créer la motivation chez les élèves", conclut Jean-Baptiste Van Zeebrouck.

L’École du Futur à Soignies est bien équipée. Tic, Ipad et tableaux interactifs font partie de l’environnement des élèves et sont incorporés dans les apprentissages. Ils permettent aussi d’intégrer le jeu dans les cours et de les rendre ludiques, ainsi que la lecture de livre sur Ipads, via notamment l’application Voice Dream qui réconcilie, par exemple, les élèves dyslexiques avec la lecture.

 

 

Version imprimableVersion imprimable

Date de publication

Mardi, 17 Novembre, 2020 - 10:59