Une bulle pour s'exprimer

Drôle de surprise jeudi dernier pour les élèves et les enseignants en arrivant à l’Athénée provincial Jean d’Avesnes de Mons. Une bulle géante installée devant l’entrée de l’école, ce n’est pas commun. Entrer dans la bulle pour s’en sortir, c’est la formule du jour.

Le harcèlement sous toutes ses formes fait malheureusement partie du quotidien des élèves. Moqueries, violences physiques et verbales font hélas partie de la panoplie. Cette animation "Sors de ta bulle", un mouvement anti-harcèlement, a pour but de sensibiliser les élèves du premier degré à cette thématique au travers d’une rencontre avec des spécialistes.

L’ambiance est sereine, les élèves discutent entre eux, s’interrogent aussi sur ce qu’ils vont vivre. Dès qu’ils pénètrent dans la bulle, les murs tombent. Et davantage sans les équipes éducatives présentes à leurs côtés. C’est un sentiment de sérénité qui prend vite place. Comme si cette bulle était protectrice. Il faut dire que l’influenceuse carolo, Alexine Bauduin a de quoi rassurer. Ancienne victime, elle témoigne et captive leur attention, délie tout ce qui peut l’être en matière de sentiments et d’émotions face au cyber-harcèlement. "Je souhaite partager avec eux mon expérience et les aider à mieux cerner les dangers qui les entourent. Pour certains c’est vraiment l’occasion de pouvoir s’exprimer et surtout partager leurs difficultés le cas échéant. L’expérience se veut simple, unique et percutante". 

En effet, le dialogue s’installe rapidement avec les jeunes. Au centre de l’espace, Caroline Styns, diplômée en Sciences de la famille et de la sexualité. Cette passionnée de l’Humain conseille, informe, prévient ces jeunes proies potentielles. "L’atmosphère de la bulle permet d’installer un climat de confiance et d’écoute. Il n’est pas rare qu’un élève vienne me voir pour exposer son problème, les difficultés ne sont jamais loin en milieu scolaire, l’accompagnement me semble une évidence qui plus est lorsque le projet est construit avec l’équipe éducative de l’école".

Ce phénomène inquiétant qui prend de plus en plus d’ampleur a été abordé de manière claire et précise. Les élèves de 1ère et 2e se sont exprimés sans relâche et le message a été bien reçu : "grâce à cette activité j’ai pu comprendre le harcèlement. Je vais faire plus attention à ce que je dis aujourd’hui. Ce qui me fait rire peut blesser l’autre. C’est ce qui m’a marqué aujourd’hui", partage Sarah. Nicolas explique : "suite à ce  que j’ai entendu, je peux maintenant aider quelqu’un qui serait en détresse de cyber harcèlement. L’expérience d’Alexine nous a montré que nous ne sommes pas à l’abri à l’école, dans la rue, dans nos activités. C’est vrai que nous pouvons être gênés par le fait d’en parler mais je crois que ça aide. J’ai, pendant un certain temps, été embêté par quelqu’un et je me suis tu. Aujourd’hui, j’en parlerais directement".

 

Infos: www.etudierenhainaut.be/apja

Version imprimableVersion imprimable

Date de publication

Jeudi, 8 Octobre, 2020 - 11:36