The Voice Belgique: Emanuel Brahim fait la fierté du Hainaut!

Même s'il n'accède pas à la finale de mardi prochain, Emanuel Brahim, en dernière année à l'école secondaire provinciale René Thône de La Louvière, a, depuis le début de cette saison 8, sans cesse surpassé les attentes. Son coach, Slimane, l'a catalogué avec une agréable stupéfaction comme "l'OVNI de la saison" et l'a soutenu dès les premiers instants. Rencontre avec un chanteur qui donne tout ce qu'il a!

Emanuel, quand as-tu commencé à chanter ?

"Très tôt, vers mes 5-6 ans. Mais c’est vraiment vers 12 ans que j’ai su que je voulais faire ce métier. Je voulais faire une carrière musicale. J’écoutais depuis tout petit de la musique du monde entier. Musique orientale, occidentale, africaine. J’ai toujours eu de tout dans mes oreilles ! Dans ma famille, du côté de ma maman ou de mon papa, ce sont tous des musiciens. Chaque membre de ma famille joue un instrument, chante, ou fait de la musique".

C’est donc dans les gênes chez vous !

"Oui, on peut vraiment dire ça (rires)!"

Peux-tu me donner une influence en particulier ? Un artiste qui t’a marqué ?

"Je ne sais pas faire un choix. Tant qu’il y a de la musique, pour moi c’est bon (rires)! Maintenant, la personne qui m’a donné le plus envie de faire ce métier et d’être dans le monde de la musique, c’est Céline Dion. Je l’ai découverte grâce au film Titanic. J’avais 6-7 ans. Je me suis dit : "Moi aussi, j’ai envie de faire ça!".

Avais-tu déjà tenté ta chance  avant The Voice Belgique?

"Non jamais, Juste dans quelques petits festivals, j’avais chanté pour avoir une expérience de scène. J’ai appris énormément car j’étais entouré de professionnels. J’allais aussi chanter dans des petites asbl pour Noël par exemple ou des moments comme ceux-là".

Et donc tu avais déjà pris des cours de chant ?

"Non, je n’ai jamais pris de cours de chant. Je m’entraîne tout seul mais je peux compter sur l’aide de mon papa pour la musique. À chaque fois que je travaille un nouveau morceau, je le présente d’abord à mon père. Il a toujours un petit commentaire. En fait, c’est mon premier coach (rires)!"

Et comment cela s’est-il passé à l’école ?

"À l’école, je n’avais pas dit que je participais à The Voice et c’était un peu bizarre car ils me disaient tous "il faut que tu t’inscrives à The Voice, allez vas-y !", alors qu’en fait, j’étais déjà en train d’enregistrer les émissions (rires). Les autres années, tout le monde me disait déjà d’y aller mais je ne me sentais pas assez prêt. Et puis, cette fois-ci, je me sentais prêt alors me voilà (rires).

Comment ta participation a-t-elle été reçue à l’école ?

"C’est tellement bien ! Car ils ont directement accepté ma participation. J’ai encore aujourd’hui beaucoup d’encouragements de l’école. Les élèves m’encouragent mais aussi les profs et ce qui est génial aussi c’est que même la famille des profs vient m’encourager (rires)!"

Et comment cela se passe-t-il le lendemain d’un live quand tu retournes à l’école?

"C’est un peu bizarre car le soir du live je suis là, je chante, je suis dans mon élément. Je fais la chose qui me plait le plus et le lendemain, voilà, je retourne à la vraie vie, à l’école. Mais je me suis habitué !"

Tu es parvenu jusqu'à la demi-finale mardi dernier. Comment te sens-tu?

"La première chose que je dois faire, c’est remercier ! Je ne remercierai jamais assez Slimane car c’est lui qui m’a permis d’arriver jusqu’ici. Je suis très content de tout ce que j’ai fait! Même si je ne vais pas en finale, j’aurai peut-être une autre porte qui s’ouvre. On verra ! J’essaierai de satisfaire les gens qui me suivent. Je compose mes propres morceaux mais ça ce sera peut-être pour plus tard."

Si je te dis que c’est le moment de faire passer un message, qu’as-tu envie de dire ?

"Merci à tous les gens qui ont voté, du soutien que j’ai reçu. Et aussi que je suis fier de représenter les Louviérois !"



Version imprimableVersion imprimable

Date de publication

Jeudi, 18 Avril, 2019 - 15:58