Le harcèlement n'est pas un jeu

La société actuelle hyper-connectée souffre d’une lourde maladie. Le cyber-harcèlement est un véritable fléau, même s’il n’occupe pas quotidiennement nos sujets de conversation. La Province de Hainaut a décidé de prendre à bras le corps cette problématique dans ses écoles. Un projet appelé "Ceci n'est pas un jeu" est donc né à l’Académie Provinciale des Métiers de Mons. Cet établissement d’enseignement secondaire de plein exercice a décidé de ne pas rester les bras croisés. Pour montrer la voie à d'autres ?

Le but de cette initiative est de sensibiliser les jeunes aux méfaits d’une banalisation de certains gestes qui semblent, à première vue, anodins mais qui, au final, débouchent sur des séquelles parfois irréversibles. Qu'on se le dise ; menacer, importuner, insulter autrui au travers des technologies de l’information et de la communication tels que les réseaux sociaux sur smartphone ou PC relève du délit. 

Fort de leur expérience, les délégués de classe de cette école provinciale se sont rapidement mis à la recherche d’idées pour mettre sur pied un programme reprenant, entre autres une journée de sensibilisation, des séances d’information ainsi que la réalisation d’une capsule vidéo qui traduira certaines attitudes qui mènent inévitablement à la dérive. 

La publication d’une photo d’un condisciple en mauvaise posture ne fait bien souvent sourire que son auteur, la victime se sent blessée, dénigrée au point de se renfermer et de parfois sombrer littéralement. C’est cela que les élèves ont décidé de dénoncer au travers de cette réalisation préventive qui servira de support de sensibilisation.

La Directrice de l’école, Alicia Vandenabeele, ne peut que se réjouir de cette engouement. « Je suis pleinement satisfaite de l’implication des élèves et du personnel dans ce projet.  Je constate que depuis le début de l'action, il y a une diminution des faits de harcèlement dans l’école. Faits qui malheureusement existent dans toutes les écoles. Une écoute davantage attentive s’est par ailleurs installée au sein de l'équipe pédagogique ».

Les enjeux sont donc de taille pour cette opération. Notons encore que l’institution provinciale collabore pour ce projet avec les CPMS provinciaux, le planning familial « La Famille Heureuse », le Centre de Promotion de la Santé à l’Ecole (PSE) ainsi que l’ASBL "Loupiotte", qui gère la partie technique pour la vidéo en cours de montage.

Une grande aventure pour ces élèves qui découvrent les domaines liés à la vidéo - comme l’écriture, la réalisation, le montage ou la mise ne scène - autour d'un engagement citoyen. 

Version imprimableVersion imprimable

Date de publication

Jeudi, 7 Septembre, 2017 - 14:55