Le théâtre-action contre le harcèlement

Qu’il soit moral, physique, verbal, psychologique ou cyber, le harcèlement fait partie de notre quotidien. Il ne fait pas de distinction entre l’âge et le statut social de ses victimes. Comme les autres réseaux, l’enseignement organisé par la Province de Hainaut n'est pas épargné. Tout est mis en oeuvre dans ses écoles pour prévenir et lutter activement contre ce fléau. C’est ainsi que l’Ecole fondamentale provinciale d’Application de Morlanwelz a convié ses élèves de 5e et 6e primaire à participer à la représentation d’une pièce de théâtre, sur la thématique, mise en scène par la troupe Alvéole Théâtre.

Au début, l’ambiance est décontractée, beaucoup de rires, de cris aussi. Sur scène, tout semble normal, le jeu d’acteur est plutôt drôle. Quoi de plus normal que de se moquer d’un condisciple, sur Facebook, Twitter ou Snapchat. De nos jours, c’est chose courante. On se croirait dans un vaudeville. Il n’en est rien. Le harcèlement est au cœur du débat. Après tout, c’est aussi ça les réseaux sociaux. Tout va bien jusqu’au moment où la tension monte d’un cran. Chloé joue à merveille le rôle de Manon, littéralement harcelée, persécutée par "camarades" de classe. Ses moindres faits et gestes sont sujet aux moqueries et interprétations dans la cour de récré comme sur Internet. Elle est assénée de messages porteurs de haine, de mépris. Manon craque, se fatigue, s’épuise, se referme sur elle-même et devient victime.

L’émotion devient palpable chez les élèves lorsque les messages que Manon reçoit sont diffusés sur l’écran. Ils montent en intensité, en violence. L’effroi se fait sentir. Ce qui les faisait rire se transforme en crispation. Les élèves présents dans le public ont entre 11 et 12 ans, le message leur parle. Ils deviennent acteurs de la pièce malgré eux. L’indignation se manifeste rapidement. Les échanges vont bon train. C'est le propre du théâtre-action. 

L'école, première concernée

Le pari est gagné, le but est atteint, la sensibilisation aux méfaits du harcèlement prend vie. Les exemples de harcèlement se sont multipliés en temps réel sur scène. Les élèves se sont montrés captivés par l’injustice qui se jouaient là, sous leurs yeux, pleinement conscients du fait d'avoir un rôle à jouer dans pareille situation. 

« Ce qui peut paraître banal, anodin pour certains ressemble clairement à une forme de harcèlement pour d’autres. En invitant la troupe de théâtre-action Alvéole Théâtre, nous voulions sensibiliser nos élèves afin qu’ils prennent conscience du danger de certains gestes sur la toile. Nous sommes convaincus que la prévention fait partie du processus pour éradiquer toute forme d’harcèlement. Ce genre d’initiative permet aussi de déceler des cas", indique la directrice de l’école fondamentale, Sophie De Troch. Même son de cloche du côté des CPMS : "sensibiliser c’est anticiper. Dans la mesure du possible, nous devons tout mettre en œuvre pour que cela n’arrive pas ou plus, la demande de pardon, les excuses, la sanction, la réparation font partie du cheminement tant pour la victime que pour le harceleur », précise Bruno Guillaume, directeur du CPMS de Morlanwelz. 

La pièce est construite de manière interactive. La spirale de la violence est exposée de manière créative, réaliste. Au-delà de l’exposition de cas de harcèlement, ce sont aussi des solutions qui sont proposées. Briser le silence, en parler à l’école ou à ses parents, ne pas rester seul, ne pas se cacher sont autant d’éléments qui permettent à l’individu de se reconstruire.  Yvon François, coordinateur de la troupe et Chloé, qui incarne le personnage de Manon, nous confie "Nous sommes heureux de faire partie des éléments concrets de lutte contre cette forme de violence". Pour les élèves, la suite se déclinera sous forme de débat en classe.

Version imprimableVersion imprimable

Date de publication

Jeudi, 5 Octobre, 2017 - 17:09