Quand l'école fait son cinéma

En septembre 2016, la Province de Hainaut initiait une formation "cinéma" pour les élèves du secondaire avec le réalisateur professionnel Diego Martinez Vignatti. Une première dans l'enseignement secondaire francophone menée grâce à une collaboration entre le Sercice Cinéma de la Province de Hainaut et Hainaut Enseignement. L'expérience pilote vient de se clôturer à l'Ecole du Futur de Mons avec la réalisation de trois courts-métrages par les élèves de 5è "Littéraire". 

Un cours à part entière - dispensé au Plaza Art - intégré à la grille horaire et avec points au bulletin ! Du sérieux, donc, pour ces 17 jeunes qui, pendant une année scolaire, ont étudié les grands classiques du cinéma, appris à écrire un scénario, filmer, monter, analyser, réaliser des portraits. Bref, regarder "autrement" les produits du 7è art, sur le fond comme sur la forme.

Diego Vignatti

Ces élèves ne s'orienteront pas forcément vers des études supérieures artistiques. Jocelyne Laurent, directrice de l'Ecole du Futur, reco

nnaît cependant que l'expérience est une réelle opportunité pour l'enseignement général : "c'est une possibilité de plus sur l'ouverture au monde, comme c'est déjà le cas avec notre activité théâtre. Il faut ouvrir les élèves du général à autre chose. Diego n'est pas un prof classique, il sort des sentiers battus. C'est un passionné passionnant qui a réussi à transmettre son amour pour le cinéma aux élèves".

Un objectif qui semble atteint auprès de la classe. Les trois courts-métrages, qui clôturent la formation, abordent des thèmes de société - comme la discrimination - tout en mettant en avant la créativité des élèves. Aaron, élève de 5è Littéraire, conseille d'ailleurs à la direction de son école "de poursuivre l'activité en en faisant une option. Nous avons travaillé avec des professionnels et en équipe. Ca a solidifié les liens dans la classe et accéléré l'intégration des nouveaux!". Miranda, réalisatrice du court "L'Exile" précise, quant à elle, avoir "beaucoup appris au niveau de la coordination et de la gestion d'équipe". Au-delà de cela, elle regarde à présent un film avec un oeil technique : "j'imagine et je comprends l'envers du décor"

Diego Vignatti, en charge du cours, s'était donné pour mission de faire de ces élèves "des hommes et des femmes dignes de ce nom, avec des exigences intellectuelles, qui apprennent le respect et qui à apprennent à se surpasser". Après 10 mois passés avec les élèves, Diego les voit à présent comme des adultes. "Je les traités avec exigence. C'est ce qui a permis d'en arriver là où on en est. Ils savent écrire, tenir une caméra, monter...". Les 17 élèves sont allés au-delà des compétences pédagogiques exigées en début d'année. 

 

Version imprimableVersion imprimable

Date de publication

Jeudi, 4 Mai, 2017 - 17:13