Rétrospective des œuvres de Marthe Wéry au BPS22

Des premières peintures géométriques aux grands ensembles monochromes, en passant par les papiers lignés ou les tableaux raclés, le BPS22, à Charleroi, présente aux visiteurs le travail de la grande artiste belge qui a exploré, avec subtilité et sans concession, toutes les possibilités des composantes de base de la peinture. Un hommage à la lumière, à la matière, à la couleur au travers d’œuvres vivantes, en constante évolution. À voir du 25 février au 23 juillet !

Marthe Wéry (1930-2005) figure assurément parmi les artistes belges les plus importants de la seconde moitié du XXesiècle. En 2001, suite à une rétrospective à Bozar, elle a participé, aux côtés du photographe Dirk Braeckman et du plasticien Jan Fabre, à un projet d’ intégration de plusieurs œuvres au Palais Royal, à Bruxelles. Elle est également présente, via des ensembles importants, dans la plupart des collections des musées belges (MRBA, S.M.A.K, M hka, MuZée) et dans celles du Centre Pompidou et du Musée d’ Art Moderne de la Ville de Paris. C’est toutefois au BPS22 Musée d’art de la Province de Hainaut qu’est rassemblé le plus grand nombre de ses œuvres, notamment via le dépôt de trois ensembles conséquents appartenant à la Province de Hainaut. Marthe Wéry, Sans titre, 1976, collection du BPS22 Photo _ Leslie Artamonow

Pour Pierre-Olivier Rollin, directeur du BPS22 et curateur de l’expo, cette rétrospective a un parfum d’émotion, plus de dix ans après l’exposition "Les Couleurs du Monochrome", déjà organisée par le BPS22 au Musée des Beaux-Arts de Tournai, dans le cadre de Lille 2004, Capitale européenne de la Culture. Marthe Wéry décédera peu de temps après. "C’est une super artiste, confie-t-il. Même si cela a été un gros travail, notamment de restauration des œuvres, c’est vraiment gai de monter des expos comme ça".

Conçue à partir des collections du BPS22, l’exposition déploie toute l’œuvre de Marthe Wéry, accordant une attention particulière à des pièces et ensembles jamais ou rarement montrés. À travers les différents "déplacements" "d’un travail" – pour reprendre deux expressions de l’artiste – qui s’étend sur près de cinquante ans se découvrent les préoccupations constantes d’une artiste guidée par une radicalité rare et des remises en question permanentes. L’expo est structurée sur quatre préoccupations récurrentes de l’artiste : l’espace, la lumière, l’articulation dynamique de la peinture et la matière comme forme "vivante".

La matière "vivante"

Corollaire de son attention à l’architecture, sa préoccupation est constante quant à la manière dont ses œuvres réagissent aux variations lumineuses. La grande verrière du BPS22 est ainsi particulièrement adaptée pour souligner cet aspect, les variations lumineuses de la journée offrant un point de vue exceptionnel sur les œuvres présentées.

Marthe Wéry, Tour et Taxi, 2001, collection du BPS22"Ce bilan rétrospectif permet la redécouverte d’une œuvre qui s’est construite par déploiements successifs sur plusieurs décennies, souligne Pierre-Olivier Rollin. Une rigueur et des préoccupations constantes qui n’excluaient jamais des formes évidentes de plaisir. Plaisir que l’artiste prenait à la réalisation de ses œuvres mais qu’elle souhaitait aussi transmettre aux visiteurs de ses expositions". Il ajoute : "c’est un travail d’une grande fraîcheur, d’une grande vitalité, qui ne vieillit pas".

Les quelques photos présentées ici ne suffisent pas à montrer la complexité du travail de Marthe Wéry et la richesse des techniques expérimentées au cours des diverses phases de sa carrière. Pour apprécier à leur juste valeur les compositions géométriques, couleurs projetées à la bombe, coulées de peintures, aspérités de matière, accumulation de couches de couleur, vitraux et autres dessins, le mieux est de pousser la porte du BPS22 !    

 

Infos : www.bps22.be

Autour de l’expo

  • Conférences Apéro – Cycle #1

11h > 12h30

Sam 11/03 : La peinture décomposée, avec Pierre-Olivier Rollin, directeur du BPS22

Sam 06/05 : Le vitrail contemporain à la lumière de l’œuvre de Marthe Wéry, avec Dorothée Duvivier, curatrice au BPS22

 

  • Goûters Philo – Cycle #2

14h30

Dim 26/02 + 26/03 + 23/04 

Avec Maud Hagelstein, philosophe de l’art et chercheuse à l’ULG. 

Version imprimableVersion imprimable

Date de publication

Jeudi, 23 Février, 2017 - 17:07