Bien plus qu'un lieu d'accueil pour les enfants du personnel hospitalier!

Permettre aux enfants de s’épanouir avec un programme d’animations bien construit et, en même temps, à leurs parents de travailler avec plus de sérénité, c’est le pari lancé par l’intercommunale Centre Hospitalier Universitaire et Psychiatrique de Mons-Borinage (CHUPMB) pour cette semaine de vacances inopinée et les deux semaines de congés de printemps. 

« Ce lieu d’accueil et d’occupation peut s’organiser grâce à de précieux partenariats, explique Véronique Bauffe, directrice générale adjointe de l’intercommunale CHUPMB. Notamment avec la Province de Hainaut qui met à notre disposition des locaux de l’Athénée provincial Jean d’Avesnes à Mons, ce qui assure une proximité appréciable pour les parents actifs dans les hôpitaux et maisons de repos des CPAS de la région. Et le Secteur Éducation permanente et Jeunesse, provincial également, qui délègue des animateur.rice.s spécialisé.e.s dans diverses techniques. Cela nous a permis de remettre en place cette organisation en un temps record puisque nous avons appris la fermeture des écoles le mercredi précédent » (ce lieu d’accueil avait déjà été proposé lors des vacances d’automne en 2020, ndlr). Une stagiaire montre ses créations en papier mâché

Un programme complet d’animations s’est, ainsi, élaboré très vite grâce aux animateur.rice.s du Secteur Éducation permanente et Jeunesse de la Province de Hainaut et à des éducateur.rice.s spécialisés. Une véritable prouesse car il s’agit de toujours varier les activités avec des enfants, de 3 à 12 ans, qui, selon les horaires de leurs parents, ne sont pas forcément présents tous les jours et aux mêmes heures. « L’enjeu, c’est de proposer des animations différentes pour que tous les enfants s’amusent et participent, qu’ils puissent « raccrocher le wagon » s’ils manquent un jour ou qu’ils terminent l’activité s’ils ne viennent plus par la suite, indique Abigaël Desart, animatrice du Secteur Éducation permanente et Jeunesse. « Cette semaine, nous sommes partis sur le thème d’ « Utopia", le monde rêvé, et de tous les concepts qui peuvent d’y référer: l’environnement, le racisme, l’intolérance, le respect, etc., des notions amenées par les enfants eux-mêmes. Pour le concrétiser, ils ont pratiqué le dessin, les ombres chinoises, la réalisation de marionnettes, la création collective de petites et grandes histoires qu’ils peuvent reproduire facilement chez eux ». 

Les enfants ont également l’occasion de jouer à l’extérieur, courir, danser, se défouler. « Nous prévoyons des temps calmes. Ils ont à leur disposition des jeux, des livres, des bandes dessinées, etc. Certains enfants racontent des histoires aux plus petits! Ils ont réalisé des petits sachets en papier pour récolter les oeufs de Pâques. Ils peuvent ainsi apprendre à utiliser des papiers de récupération pour faire des emballages cadeaux, par exemple. Il y a toujours une orientation à ce que nous proposons ». 

Un petit garçon montre le sac en papier qu'il a réalisé lui-mêmePour Fabienne Scandolo, directrice du Secteur Éducation permanente et Jeunesse de la Province de Hainaut, ces aides concrètes ont vraiment tout leur sens: « c’est un projet global, construit en partenariat et qui amène aux enfants des valeurs qui nous sont chères dans notre travail au quotidien. C’est aussi une adaptation très rapide à la réalité de terrain, l’essence même de notre mission de service public ». 

Le enfants, quant à eux, sont ravis et demandent à revenir! « C’est une bouffée d’air frais et un retour au groupe, au collectif qui est essentiel pour eux », reprend Véronique Bauffe. "Il y a même un petit garçon qui, un jour, nous a laissé sa tétine en disant à sa maman "je reviens demain!" 

Version imprimableVersion imprimable

Date de publication

Samedi, 3 Avril, 2021 - 14:21