En route vers le label EPAS !

L’Institut provincial Jean Jaurès de Charleroi participe à L'European Parliament Ambassador School' (EPAS), un projet de partenariat entre le Parlement européen et les écoles secondaires des Etats membres. Objectif : développer la dimension européenne des écoles et permettre aux élèves de devenir des citoyens conscients de ce qu’est l’Union.

 "Notre objectif est que notre école soit labellisée EPAS, ambitionne Noé, élève de rhéto et acteur de ce projet collectif. Nous devons mettre en place des activités sur la thème de l’Europe. Par exemple, organiser un tournoi sportif où chaque équipe représenterait une nation ou une expo ou encore un point info Europe dans l’école". Une série de critères est à remplir et feront l’objet d’une inspection en avril. C’est le 21 juin, au Parlement européen, que les labels seront décernés parmi 30 écoles en lice.

Label EPAS IJJ

C’est le profil de l’établissement qui lui a permis d’être sélectionné pour le concours. L’IJJ mène des actions récurrentes sur le travail de Mémoire. "Nous abordons la Seconde Guerre mondiale et la Guerre froide. Nous partons en voyage à Auschwitz, Budapest, Prague, Thessalonique ou en Croatie, etc. Certains élèves ont suivi la formation de guides à la Fondation Anne Frank", précise Emilie Dupuis, professeur d'histoire.

Sa collègue, Karinne Nowak, prof de français-histoire, ajoute:  "l’Europe offre une stabilité politique, militaire, sociale et sanitaire. A la veille du scrutin européen, nous devons sensibiliser nos élèves à l’importance du vote ». Les deux enseignantes sont Françaises et d’origine polonaise. La thématique européenne les touche davantage. "Cette multiculturalité, nous la retrouvons également dans nos classes. Il nous arrive d’en parler ensemble autour de mets que chacun apporte. On fait de la géo et on ouvre le débat".  

A la clé, le label permet la mise en place d'échanges avec des écoles européennes. "Et d’accéder en priorité à des hautes écoles européennes", se réjouit Noé.

Pour Emilie Dupuis, "la mise en place d’actions relève le niveau de l’école. A l’heure de l’interactivité numérique, une école ne peut plus fonctionner sans projets. Il est impensable de donner cours d’histoire sans faire voyager les élèves. Sinon, ils ne retiennent pas". Il lui arrive d’ailleurs de se déguiser en classe pour illustrer le programme d’histoire !

Infos : 

www.europarl.europa.eu

www.etudierenhainaut.be/ijj

 

Version imprimableVersion imprimable

Date de publication

Jeudi, 14 Février, 2019 - 16:50