Favoriser l'accrochage scolaire

Depuis quelques mois, le projet Interreg PRIMEE - pour Pratiques Restauratives et Intelligences Multiples pour l'Ecole et l'Entreprise - prend place. Il a pour objectif de construire une nouvelle approche transfrontalière de lutte contre le décrochage scolaire. La Province de Hainaut est partenaire de cette initiative.

Durant le processus deux établissements scolaires provinciaux montois, l’École du Futur et de l’IESPP Nursing, serviront de terrain d'expérimentation avant implémentation dans tout l'enseignement provincial: .

Basé sur l’échange et l’expérimentation conjointe, ce projet permettra de développer de nouveaux outils et supports d’accompagnements à destination des professionnels de l’éducation, de la prévention, de l’insertion sociale et professionnelle. C’est dans ce contexte que le Centre Communal d’Action Sociale de Carvin (France), également partenaire du projet, est venu dispenser fin de semaine dernière une formation aux pratiques préventives et restauratives (PRP) qu'ont suivi les deux auttes partenaires : le service d'accrochage scolaire (SAS) de Mons et l'UMons.

"C'est un ensemble d’outils innovants dans la gestion de conflits qui peuvent surgir entre jeunes et/ ou adultes, un temps d’écoute où chacun peut s’exprimer sur ce qu’il a vécu, un temps d’échange préventif aussi. Le but final est d’améliorer le climat dans la classe. Ce qui est propice aux apprentissages. Le désamorçage de situation tendue en milieu professionnel également", partage Florence Duvauchelle, formatrice, active au CCAS Carvin.

Le SAS de Mons fait face quotidiennement au conflit : "au lieu de punir et d’exclure les jeunes, le but est d’arriver à une médiation constructive qui apportera une solution. On inclut les jeunes chez nous mais nous sommes parfois limités dans nos outils de réparation, de création de médiation. Les PPR sont là pour nous aider dans notre travail. La réflexion commune permet d’agir de manière efficace", signale Michaël Delcourt, directeur.   

Une formation construite de manière ludique autour d’ateliers de mise en situation sans pour autant négliger les aspects théoriques et méthodologiques. Chaque participant a pu, ainsi, évaluer son niveau de communication, s’outiller pour le quotidien dans ses échanges ou réparation.

Pour Marine Vekeman, assistante de recherche au sein du service sciences de la famille de l’UMons, ce projet est bénéfique pour chaque partenaire : "nous partons d’outils qui s’inscrivent dans climat scolaire, éducationnel. Notre but est de transposer ces pratiques favorisant un cadre bienveillant dans le monde de l’entreprise. La finalité étant de développer une meilleure approche ainsi qu’un encadrement plus chaleureux lors d’un entretien d’embauche, par exemple". 

Le projet transfrontalier mobilise cinq partenaires (le CCAS de Carvin, le Collège Léonard de Vinci de Carvin, le SAS de Mons, l'UMons et la Province de Hainaut). La suite du projet verra un échange à propos des recherches en "Intelligences multiples" développées par l’UMons.

Infos: www.primee.eu

 

Version imprimableVersion imprimable

Date de publication

Mercredi, 9 Septembre, 2020 - 14:11