Un lieu de mémoire sort de l’ombre à Tournai

Le Secteur Éducation permanente et Jeunesse de la Province de Hainaut/ Hainaut Mémoire a mis en place des initiatives pédagogiques au couvent des Sœurs de la Visitation, avec des étudiants de l’option histoire de l’Athénée royal Robert Campin et la Maison de Jeunes Masure 14.

Lors de l’occupation de la ville de Tournai par l’Allemagne nazie, le couvent des Sœurs de la Visitation est réquisitionné et utilisé comme prison de transit où de nombreux résistants sont détenus avant d’être déplacés, pour certains, vers les camps de concentration. Dans ces cellules, ils ont griffonné au crayon diverses annotations, dont certaines sont toujours bien visibles aujourd’hui. Un travail de conservation et de transmission de la mémoire auquel s’attèle Hainaut Mémoire.

Guy Derasse sait à peine marcher lorsque son papa, Louis, résistant dans la région de Tournai, est arrêté en 1944 suite à une dénonciation. Il passe quelques jours dans le bâtiment réquisitionné par les nazis, situé au boulevard Léopold, avant d’être transféré vers une autre prison de transit et, ensuite, déporté vers les camps de concentration de Neuengamme et Bergen-Belsen, camps mouroir où il décèdera.Guy Derasse témoigne de l'histoire de son papa, résistant et déporté, devant les étudiants

Après la guerre, le couvent est réhabilité à d’autres fonctions, essentiellement éducatives. Il appartient aujourd’hui à la Fédération Wallonie-Bruxelles et une des parties est occupée par la section maternelle de l’Athénée royal Robert Campin, sous laquelle se situent les anciennes cellules. "J’ai appris l’existence de ces cachots il y a quelques années seulement, évoque celui que les jeunes appellent respectueusement Monsieur Guy, après avoir entendu son témoignage. J’ai pourtant toujours habité à Tournai et je suis le représentant local de la Confédération Nationale des Prisonniers Politiques et Ayant Droits de Belgique, je suis donc très intéressé par cette thématique". Dès qu’il en prend connaissance, il alerte les pouvoirs publics, dans l’objectif de préserver ce patrimoine incroyablement bien conservé. "J’en ai également parlé à la Province de Hainaut/Hainaut Mémoire, et au War Heritage Institute, avec lesquels je travaille régulièrement. Ils ont immédiatement embrayé pour mettre en place un projet de mise en évidence du lieu".

Le graff pour attirer l'attention

Fidèle à sa conception du travail de mémoire pour et avec les jeunes, le Secteur Éducation permanente et Jeunesse de la Province de Hainaut/ Hainaut Mémoire a mis en place des initiatives pédagogiques pour attirer l’attention sur le site, en y associant les étudiants de l’option histoire de l’Athénée royal Robert Campin et la Maison de Jeunes voisine, Masure 14. "Avec Masure 14, nous avons organisé, l’été dernier, un stage de graff pour un groupe d’une dizaine d’adolescents que nous avons auparavant sensibilisés à l’histoire de la Seconde Guerre mondiale et, surtout, de la résistance très active qui s’est mise en place, à l’époque, en Belgique et dans la région de Tournai. Ils ont été très touchés par le témoignage de Guy Derasse et ont imaginé leur graff suite à cela", explique Michel Descamps, le coordinateur de Hainaut Mémoire. Une immense fresque – pas moins de 60m² - a donc vu le jour sur l’un des murs extérieurs de l’école maternelle, visible depuis le boulevard.L'une des inscriptions des prisonniers politiques retrouvées dans les anciennes cellules de la prison de transit nazie

"Avec les élèves de l’Athénée Campin, nous avons commencé le travail l’année scolaire dernière, malgré les conditions sanitaires qui nous ont empêché d’aller à leur rencontre et de leur proposer des visites thématiques. Ils ont effectué leur  travail de recherche en classe avec leur professeur d’histoire". Ils ont, ainsi, réalisé des panneaux thématiques, bien illustrés et complémentaires à l’exposition "Résistance en Europe" du War Heritage Institute, sur lesquels ils relatent le contexte historique de Tournai pendant cette même guerre, la résistance et la collaboration dans la région, la présentation des caves de l’ancienne prison, etc. "Nous avons ainsi installé sept panneaux le long du boulevard, dans la même optique de visibilité par tous les passants".

Grâce à la fresque "Souviens-toi" et à l’exposition partielle installée à front de rue, l’attention est ainsi attirée sur un lieu de mémoire incontestable à préserver absolument. Les initiatives pédagogiques viennent d’être inaugurées officiellement, en présence notamment, de la Ministre de la Défense. "Pour nous, c’est un point de départ vers d’autres opérations du même genre, avec toujours l’objectif d’être et de former les nouveaux passeurs de mémoire", reprend Michel Descamps.

Pour les jeunes de Masure 14, plus que l’apprentissage d’une technique artistique,  c’est une expérience enrichissante sur le plan historique et surtout humain qu’ils ont partagée avec l’équipe d’animation et Mr Guy Derasse. "Ils ont été surprenants et se sont investis au-delà de nos attentes, a souligné Guillaume Merchez, leur animateur, lors de l’inauguration. À cette jeunesse, je lui dis que vous êtes l’avenir et que lorsque je vous vois, j’ai confiance en demain. Je sais que, grâce à vous, à votre attention et à vos échanges, les erreurs du passé auront moins de chance de se reproduire".

Infos: www.facebook.com/hainautmemoire

Version imprimableVersion imprimable

Date de publication

Jeudi, 7 Octobre, 2021 - 11:07