Une tranche de vie, hors du temps...

En majorité entre 8 et 12 semaines. Une tranche de vie pendant laquelle les usagers - enfants, adolescent.e.s et adultes, des services d’hébergement provinciaux des IMP et des Tourelles - ont quasiment dû se couper du monde. La vie reprend enfin depuis quelques semaines. Lentement mais très sûrement …. Différemment mais positivement. 

Le retour des usagers… et des proches !

Au sein des sept instituts médico-pédagogiques et des "Tourelles", les réalités sont spécifiques et à analyser, au cas par cas ; tout comme les mesures de déconfinement. Objectif : apporter au plus tôt, avec toutes les précautions nécessaires, un précieux réconfort, un soutien, des repères, un suivi éducatif et pédagogique ou des soins adaptés aux bénéficiaires de ces services.

"Depuis plusieurs semaines, nous avons plusieurs actions à mettre en œuvre simultanément, explique France Pépin, responsable du Département de la politique pour la personne en situation de handicap de la Province de Hainaut. D’une part, le retour en toute sécurité des résident.e.s qui étaient rentré.e.s en famille au début du confinement ; d’autre part, celui des usagers des services d’accueil de jour, qui avaient été fermés en début de crise. L’étape des visites tant attendues des proches dans les IMP et aux Tourelles a quant à elle été entamée il y a environ un mois maintenant, et même un peu plus tôt encore aux Tourelles".

La prochaine étape sera la délicate mise en place des retours en famille, pour les résident.e.s des IMP. Et la plus large réouverture des services d’aide en milieu de vie comme l’aide à l’intégration, l’aide précoce, le répit, l’accompagnement, l’accueil familial, vraisemblablement pour début juillet... 

S’adapter, encore et toujours

En attendant, dans chaque structure déconfinée, on apprend à vivre avec des réflexes de prudence perpétuelle. "Les conditions pour pouvoir accueillir à nouveau les résident.e.s étaient de s’assurer qu’aucun risque d’introduction de la maladie ne puisse survenir – soit grâce à un test préalable ; soit à une mise en quarantaine de 14 jours ; et d’être prêts au niveau des moyens de protection nécessaires, pour le personnel et les usagers, avec des masques, des supports en plexiglass, etc. Cela prend du temps mais on avance du mieux que nous le pouvons. Les responsables font un boulot considérable d’adaptation des équipes", souligne-t-elle.

Il faut en effet conserver un maximum le système des "silos". La conséquence en est que les équipes sont démultipliées afin d’assurer un encadrement de qualité dans chaque groupe. Avec les silos, les bénéficiaires aussi se retrouvent parfois avec d’autres usagers, avec qui ils n’avaient pas forcément l’habitude de vivre auparavant. Tout le monde s’adapte. 

Testing : un premier bilan

Pour ce qui est du bilan actuel du testing dans les IMP : "Au Roseau vert, qui a été durement touché par le Covid-19,  la prise de sang a révélé que tous les bénéficiaires possédaient des anti-corps. Et pour les autres IMP, toutes les personnes qui avaient fréquenté le terrain pendant le confinement, résident.e.s et membres du personnel ont été testés. Aucun.e résident.e n’a été révélé positif.ve. Dix membres du personnel, heureusement sans développement grave de la maladie à déplorer, ont été testés positifs". La nouvelle a été accueillie avec soulagement, mêlée à une prudence continue. Vigilance de tous les instants ; personnalisée dans chacun des services  et adaptée aux personnes en situation de handicap.

Que ce soit pour les usagers qui reviennent après presque trois mois d’absence, pour les résidents qui sortent ou retrouvent leurs proches,  le plaisir est immense et contagieux, pour le personnel vaillant qui a veillé sur eux pendant tout ce temps. 

Version imprimableVersion imprimable

Date de publication

Mardi, 23 Juin, 2020 - 08:40